Beelitz, la dernière asperge?

Beelitz-asperge A berlin - Photo copyright Didier Laget
On sait que le sud de l’Allemagne n’aime pas trop Berlin, surtout les Bavarois de Munich qui pensent que c’est une ville de feignasses qui vit au crochet du pays et les Frankfurters de Francfort qui pense que c’est une ville de pauvres qui vit aux crochets du pays. Et pourtant.


Et pourtant, les Munichois sont les premiers à acheter des appartements à Berlin qu’ils n’habitent qu’un ou deux week-end par an.
Et à qui achètent ils ces appartements?
Aux Frankfurters, principalement des traders, qui non contents d’avoir pourri l’économie de la planète en travaillant pour des banques scélérates utilisent leur argent mal acquis en achetant des hectares de Berlin et en y construisant des immeubles de luxe.
Mais pire encore, voilà qu’un journal sudiste, le Frankfurter Allgemeine, décide de faire une sorte de Star Ac de l’asperge allemande.
Trois pseudo chefs – bien sûr tous de la région Hessoise – ont classé les asperges de Pfalz, Schrobenhausen, Hessiches Ried, Norbaden, Niedersachsen et Beelitz en les jugeant sur la forme, la couleur, le parfum, l’intensité du goût, l’équilibre sucré/amer, et le goût de noisette.
Devinez qui est dernier ?
L’asperge de Beelitz !
Quel scandal! Quelle honte ! Il y en a marre des banques!

Allons enfants de l’asperge de Beelitz !
Qu’une sauce hollandaise emplisse nos sillons.


Mes recettes d’asperges de Beelitz :
Le retour de l’asperge de Beelitz
L’asperge de Beelitz, façon Kreuzberg

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le