Un immeuble, daltonien friendly.

trop-rouge A berlin - Photo copyright Didier Laget Si trop de couleurs tue la couleur, trop de monochromie raye le cristallin.

Ce nouvel immeuble rubéoleux pousse à la limite de Kreuzberg et Schöneberg. L’architecte qui l’a conçu devait avoir une conjonctivite lorsqu’il travaillait dessus. Il est fait d’un assemblage obsessionnel de cubes vinasses, empilés sans rythme, sans doute un symbole de liberté, un geste rebel, un refus d’harmonie.

C’est vrai que l’harmonie, c’est bien trop contraignant… En plus, l’harmonie, on l’a avec le camaïeu purpurin. Étouffant.

trop-rouge A berlin - Photo copyright Didier Laget

Même le Spielplatz est rouge, du toboggan aux balançoires. On imagine que du sang de bœuf coule des robinets. Et pour faire berlinois, la ville du street-art, le seul mur qui aurait pu rester un peu tranquille a été recouvert de faux graffitis couleur lis de vin et maronnasses. À part un immonde caméléon bleu à lunettes roses. Un cauchemar !

Mais commercialement, ça a l’air d’être un succès, tous les appartements sont occupés. Peut-être par des clients d’Alexa le gros tas.
alexa A berlin - Photo copyright Didier Laget
J’aime bien les couleurs extrêmes de certains immeubles de Berlin, comme celui de la Zossener Straße, le jaune de Südstern et la déjà très multicolore façade de Wedding, mais là j’ai du mal.

Vous pouvez me traiter de bougon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,