Berlin ville d’eau


La première gorgée d’eau. C’était l’été, il faisait chaud, j’avais soif. Je venais d’arriver à Berlin. J’étais chez un ami, il me propose un verre d’eau. J’accepte. Il ouvre le robinet et remplit mon verre. Surprise, l’eau est inodore, incolore et insipide. De l’eau quoi.


Du coup j’en reprends un verre et depuis je n’ai même pas bu une goutte de Volvic (et vu mes origines auvergnates c’est quasiment incroyable). On m’a expliqué que la nappe phréatique de Berlin est naturellement filtrée par du sable, on m’a expliqué tout ce qui faisait que cette eau était très bonne, je n’ai pas compris grand-chose. Que l’on soit dans Kreuzberg, Prinzlauerberg ou Charlotenbourg, l’eau est douce, pas d’odeur ni de goût de Javel ou de chlore, pas de tartre qui recouvre la théière.

Est-ce que cela vaut vraiment le coup de faire un billet sur l’eau de Berlin?



S’i il n’y avait pas déjà Bruges ou si je travaillais au service communication de la mairie, je dirais que Berlin est la Venise du nord. La ville est entourée de lacs immenses et clairs, elle est quadrillée par un réseau de larges canaux, pas très clairs certes et même odoriférants quand il fait trop chaud, mais la présence de toute cette eau crée une balnéaire ambiance. L’été les berges se transforment en plages, les ponts sont autant de lieux de rendez-vous, des voiliers traversent les lacs. On traverse la ville en kayak ou en barque, on s’isole sur des îles habitées par les lapins.

Et je viens de découvrir une piscine dans mon Kiez, la piscine de Baerwaldbad,à l’intérieur des céramiques bleues et beiges, des colonnades sur les plages, une piscine nostalgique et familiale. Il y a au moins trois piscines à quelques rues d’écarts, dont la très ludique Spreewaldbad dans Kreuzberg 36, machines à vagues, différents niveaux, palmiers et grandes baies vitrées sur la ville.
Voilà, je pense que cela valait le coup de faire une note sur l’eau de Berlin

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *