Michel et l’hiver berlinois

A berlin - Photo copyright Didier LagetMon ami le rédacteur tourangeau, n’est toujours pas venu me voir à Berlin, d’ailleurs à ce stade je ne sais pas si on peut encore parler d’amitié. Voici la quatrième réponse à la question « pourquoi n’es-tu jamais venu à Berlin? » du fourbe plumitif ou du plumitif fourbeux, je ne sais plus mais à la foie mauvaise.

Si je ne suis pas encore venu te voir à Berlin, c’est que je suis sujet aux coups de froids, aux engelures et aux lèvres gercées. Viens en été, me diras-tu. C’est mal connaître les plages berlinoises. Force est de reconnaître qu’elles sont petites et assez mal entretenues (je le sais, c’est moi qui ai rédigé la plaquette promotionnelle du plus prestigieux établissement de thalassothérapie berlinois). Tu objecteras qu’au lieu de me vautrer sur le sable, je pourrais consacrer mes vacances à d’enrichissants échanges culturels… Ce à quoi je répondrais que de juin à septembre, il y a plus de Berlinois sur les plages du Languedoc-Roussillon qu’à Berlin. On ne va tout de même pas se croiser ? Ceci dit, je compte sur le réchauffement climatique pour bientôt passer Noël chez toi. Dès qu’il fait plus de 8°, j’arrive.

Sa troisième réponse : parce que mon anglais est très mauvais, puis parce que je suis amateur de saucisses (!) et enfin parce que je ne suis allé nulle part.
Quelle misère!

3 réponses

  1. Ah ben oui mais non! Parce que cette année, on peut quand même dire qu’il a fait plus de 8° à Noël hein, le copain, alors non!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

photos de Berlin en 2020

Photos de Berlin en 2020

Dans quelques heures on passe en en 2021, et c’est pas plus mal. Sur ce blog, je n’ai publié que 25 billets, c’est peu, mais je suis certain que 2021 sera bien mieux, pour commencer, les réseaux sociaux ne seront

La tour de TV de Berlin du mois de novembre 2020

La tour de TV de novembre 2020

La tour de TV de novembre, je l’ai trouvé sur une affiche collée à l’entrée d’une école de Kreuzberg. À côté de moi une maman essayait d’expliquer à son petit enfant, qui ne s’y intéressait déjà plus, trop occupé avec