La corneille et la neige

hinterhof-luge- A berlin - Photo copyright Didier LagetDans mon Hinterhof, les voix sont étouffées par une épaisse couche de neige, des enfants font de la luge et des batailles de boules de neige. Une corneille solitaire m’observe, posée sur une branche, face à mon bureau. Elle s’est gavée de graisse pour résister au froid et sous-estime son poids. La branche sur laquelle elle s’est posée plie. Elle plie tellement que la corneille s’envole, accompagnée d’un croa croa dépité, ou amusé, ou coléreux. Un croa croa assez fort pour que la bataille s’arrête, deux étages plus bas. Les enfants lèvent la tête et suivent son vol. Sauf un, le plus grand, qui profite de l’inattention des autres pour leur mettre de la neige dans le cou.
Quand la corneille croasse, il est difficile de savoir si c’est du dépit, de la colère ou de l’amusement.

You may also like...

2 Responses

  1. Philippe M dit :

    L’aphorisme c’est : Quand la corneille croasse, fais attention que l’autre nigaud ne te mette pas de la neige dans le dos.
    Pas certain que ce soit énorme, mais bon, c’est fait, tant pis, j’appuie sur publier 🙂
    Une façon comme une autre de finir 2009.

  2. Didier dit :

    Je crois que c’est énorme, car en effet : Quand la corneille croasse, fais attention que l’autre nigaud ne te mette pas de la neige dans le dos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *