Heimweh

Heisenheide A berlin - Photo copyright Didier Laget Quand je ne suis pas à Berlin, la ville me manque très vite, L’U7, la vache du Heisenheide, la dame qui vend Tagesspiegel sur l’Admiralbrücke, les TV éclatées sur les trottoirs, la caissière bougonne d’Edeka, le feu qui passe à l’orange avant de repasser au vert, le bonhomme de JR qui n’en fini pas de partir en lambeaux, mon vélo, le vent que je prends toujours de face quand je traverse Tempelhof, les racines des arbres qui soulèvent le goudron des pistes cyclables, le Spike Lee de MTO à Görly. Mon Hinterhof. Mes amis. Mon amour.


Et là je ne suis pas à Berlin, je suis à Tours, où je prépare une expo, depuis trop peu de temps pour parler de nostalgie, pourtant il y a de ça.
Nostalgie c’est comme ça que les dicos traduisent Heimweh. Ils le traduisent aussi par mal du pays. Je pense que c’est quelque choses d’autre, je n’habite pas à Berlin depuis assez longtemps pour avoir le mal du pays.
En 2005, du temps où le train de nuit pour Berlin coûtait moins cher que l’avion, quand on arrivait, vers 6 ou 7 heure du matin dans le Brandebourg, un contrôleur passait avec un plateau et, avec un accent berlinois incroyable, proposait de grandes tasses de café trop chaud. Et je me souviens me dire « voilà, je suis chez moi ». je n’ai jamais eut ce sentiment ailleurs.
Pour info, Heimweh était le premier billet de cette catégorie Parler Allemand. C’est Geil Non?
Pour info bis : C’est peut-être pas une vache.

8 réponses

  1. Peut-être des Higlands, c’est peut-être même une Prim’holstein, une Bazadaise, une Montbéliarde ou une Limousine, il n’empêche que c’est LA vache du Hasenheide!
    Meuhhhh!

  2. Eh bien moi je reviens de Berlin où j’y étais encore hier. Je retrouve une ville où j’ai vécu pendant un an (1981-82) lorsque j’y étais pour le SM et que bien sûr on ne connaissait pas l’Est. C’est une ville qui m’a marqué à vie et qui ne laisse pas indifférent. Cependant, la ville de Berlin-Ouest qui vivait 24/24 n’existe plus et le Kudam’ n’est plus du tout vivant. Le centre de Berlin s’est déplacé vers Mitte et l’Est et n’a plus la même saveur!
    Un peu déçu, mais content que les berlinois aient gagné leur liberté.

  3. certes , mais si tu avais vu dans cette région , un patas negras , tu aurais dit : le porc du Hasenheide , il ne faut quand même pas exagérer ! (quoique le patas aurait eu un peu froid )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les