Une romaine nommée Robert

Robert la romaine - photo Didier Laget
Les temps sont durs, et pour mettre du beurre dans les épinards il faut déjà avoir les épinards (Et ne pas être vegan, mais c’est autre chose). Quand on m’a parlé d’un truc qui permettait de faire repousser des légumes à partir de de leurs restes, on a essayé et c’est l’aventure palpitante que je m’en vais vous conter dans ce billet.

Robert la romaine - photo Didier Laget
Nous avions une belle salade romaine achetée au marché de la Kollwitzplatz, cette fois si au lieu de jeter le trognon restant, on le mit délicatement, dans un verre, avec un tout petit peu d’eau qu’on posa près d’une fenêtre.

On changeait son eau tous les jours, guettant l’évolution du trognon de romaine, mais rien ne se passait. De nous voir préoccupé par une salade, comme si c’était un bébé, des amis suggéraient que nous lui donnions un nom. Et après avoir longuement discuté on choisit Robert, parce qu’en Allemagne on dit le Salade, comme on dit la Soleil.
Robert la romaine - photo Didier Laget
Donc Robert était une feignasse, du moins c’est ce qu’on pensait jusqu’au jour ou 3 petites pointes vertes apparurent à la surface du trognon, Robert avec à peine une semaine.

Robert la romaine - photo Didier Laget
Et là ce fut foudroyant, enfin pour une salade, car en 3 semaines 3 feuilles grandes comme un crayon Ikea se dressaient fièrement. Au bout de 5 semaines, elles avaient la taille d’un stylo Bic orange et nous, nous n’avions plus de salade pour faire notre sandwich du bonheur. Ce fut donc le début de la fin de Robert.

Robert la romaine - photo Didier Laget
Profitant que son attention fût sans doute attirée par des oiseaux qui voletaient près de la fenêtre, je découpais traîtreusement une de ses feuilles et la posais sur des tranches de pastrami. Puis je refermais rapidement le sandwich pour éviter qu’il ne lui vînt l’idée de s’enfuir. Ce fut un bon sandwich.

Mais quelques jours après les deux autres feuilles se mirent à jaunir, puis à flétrir et Robert se retrouva dans la poubelle à compost. Triste fin, tout comme la fin du carrot cake.

Est-ce que quelqu’un connaît une méthode plus efficace pour faire pousser une salade sur son trognon, ou de l’ail ou des poireaux, ou du chou ou des billets de 100€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,