Restaurant Cochon Bourgeois

cochon-bourgeois A berlin - Photo copyright Didier Laget
Le Cochon Bourgeois. Voilà plusieurs fois qu’on y s’y éclate les papilles, mais je ne trouve jamais les mots. On en revient encore une fois et plutôt que de vous parler du contenu, je vais évoquer le contenant.


cochon-bourgeois A berlin - Photo copyright Didier Laget
Une petite terrasse à l’ombre d’une vigne vierge, sur laquelle on aime bien manger quand il fait chaud, même si elle est sur la rue. Tranquille.
Quand on rentre, il y a à gauche une grosse machine à trancher le jambon. Elle est laquée en rouge et les nombreuses manivelles laissent penser que le réglage permet de passer du Bayonne au Parme et au Seranno. Celle-ci est plutôt Bayonne.
L’accueil est chaleureux, mais pas ostensible. Le maître d’hôtel est élégant avec la pointe de Berliner Flair nécessaire.
Un piano droit noir se serre contre le mur. Un pianiste se sert entre le long bar en bois brut et le piano. Il joue comme un pianiste de bar, des mélodies décérébrées, longues et ralenties. Mais là ça passe. Mieux que ça, à cause du pianiste le niveau des conversations est supérieur à celui trouvé dans ce genre d’établissement. Pas de chuchotement de veille mortuaire, ni de toux gênée. Pas nom plus l’Imbiss du coin. Pile au milieu.

cochon-bourgeois A berlin - Photo copyright Didier Laget Allez, j’ai changé d’avis, je parle du contenant. C’est plus que très bon. Je vous l’avais dit, j’ai du mal à trouver les mots. La salade, avec un Saint Maure frais au four, est un incroyable voyage, car sous ce nom se cache une préparation proche de la Pastilla, avec des pignons de pin, des épices plus magrébines que tourangelles, le tout dans une pâte filo légère et croustillante. Les poissons sont heureux d’être mangé, tellement ils sont peu apprêtés et se laissent glisser sur la langue, le lapin, tendre et moelleux fond contre le palais et galopera longtemps dans vos souvenirs ( Ouh la belle image). C’est au Cochon Bourgeois que j’ai bu le meilleur Sauvignon de Touraine du monde, pourtant je pense que je m’y connais en vins de Touraine. Il a accompagné des huîtres de l’île de Ré et un dos de lapin exquis ( Ouh le bel adjectif ).
Je pourrais continuer pendant une vingtaine de pages. Le Paris-Moskau et le Cochon Bourgeois sont mes favoris à Berlin. Quelques remarques, ce restaurant n’est pas dans la tranche « abordable » de la restauration mais 21€ les 6 huîtres, c’est exagéré ( pour les huitres essayez bar à huitres de la Hauptbahnhof ) et les prix sont en augmentation constante, alors je dis attention Grouik-Grouik faudrait pas exagérer. D’autant plus que seule la carte CE est acceptée!
J’oublié de demander pourquoi il s’appelle le Cochon Bourgeois. J’espère que ce n’est pas à cause de la chanson de Brel…
Le Cochon Bourgeois
Fichtestrasse 24
10967 Berlin
Tel : 030 693 01 01
Fermé le Dimanche et le Lundi

3 réponses

  1. je pars a berlin du 1er au 3 septembre avec une dizaine d’amis journaliste et j’aurais vraiment besoin de trouver un bon restaurent jazz ou blues dans berlin.
    Pouvez-vous m’aider?

  2. Existe-t-il des cafés ou restaurants non fumeurs à Berlin ? Trouve-t-on des coins sympas ouverts les 24, 25 et 26 décembre où l’on peut éviter le « menu du réveillon » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des