La petite maison à côté du mur

baum-haus-an-der-mauer-A berlin - Photo copyright Didier Laget
Quand le mur coupait Berlin en deux, certaines rues transformées en cul de sac sont devenues des zones abandonnées, où l’herbe s’est mise à pousser entre les pavés, des sortes de bouts du monde murés. Peua a peu une nouvelle vie s’est développé dans ces quartiers, squats, salles de répétitions, théâtres, même un ranch qui existe toujours et qui a permis a bien des Berlinois de galoper dans sa carrière.


Après la chute du mur, une famille turque a occupé un bout de terrain en friche pour y planter des tomates. Puis la petite cabane de jardinier, c’est transformé en une maison à deux étages, faite de matériaux de récupération. Un arbre qui poussait à l’intérieur a continué sa croissance et le jardinier a percé un des murs pour qu’il grandisse tranquillement.
Le quartier a changé, restauration, construction de nouveaux bâtiments et on s’est rendu compte que dans le chaos administratif qui a suivi la chute du mur la famille était devenue propriétaire du bout de terrain. Plusieurs offres ont été faites pour le reloger, mais le jardinier veut vivre à côté de ses tomates. Apparemment inexpulsable. C’est donc au milieu d’une petite île de terre entourée de rues qui la contourne, que l’arbre dans la maison du mur (Baum Haus an der Mauer) fleurit au printemps.

You may also like...

4 Responses

  1. sicaliptic dit :

    jolie histoire. je laisse un commentaire que tu n’es pas obligé de mettre en ligne juste pour dire que « peu à peu » ne prend pas d’x. oubli d’éxilé sans doute, bonne continuation…

  2. Albert dit :

    Effectivement, jolie histoire, mais la réalité ne l’est pas tant que ça : le sénat pour le développement urbain (Senatsverwaltung für Stadtentwicklung) prépare des projets dessus. Je le sais bien pour y avoir fait un stage.
    Albert

  3. Drider dit :

    J’ai vu cette maison dans un film. Elle est vraiment célèbre alors!
    Je la trouve vraiment bien moi. Finalement, elle est un peu à l’image de la ville… 🙂

  4. Goeft dit :

    Pourquoi avoir remplacé le « x » du 1er peu par 1 « a » ? 🙂
    Pour sicaliptic : exilé ne prend pas d’accent aigu (ni de grave) sur le 1er « e » -sans doute un oublie de la classe de primaire !-
    le « x » vaut pour un doublement de « s » cqfd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *