Doppelgängeradmiral et les punks

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier LagetIl y a de grandes chances que vous n’ayez vu Doppelgängeradmiral, l’installation de Ludmila Seefried-Matějková, que taguée. Il y a quelques semaines, les deux amiraux, les deux punks ont été nettoyés et le sablier repeint. Dépêchez-vous de passer les voir, ça ne durera pas longtemps, déjà un petit renard est apparu derrière l’harmoniciste.

Je me pose cependant une question, on a peint la planète Terre sur le sablier, pourtant il me semble bien qu’à l’origine, le sablier était blanc. Est-ce que ça vous interpelle ou bien est-ce que je suis en train de couper les cheveux en quatre?

A noter que, sur le plan pratique, les deux horloges fonctionnent de nouveau, ce qui est pour le moins pratique. Surtout quand on veut connaître l’heure qu’il est.

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier Laget

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier Laget

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier Laget

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier Laget
Doppelgangeradmiral à Noël dernier

Doppelgangeradmiral in Kreuzberg - Photo Didier Laget

On trouve Doppelgängeradmiral entre Kotti et L’Admiralbrücke.

5 réponses

  1. Honnêtement je croyais qu’il était couleur rien du tout, vu qu’il semblait être en ciment qu’on n’avait jamais pris la peine, ni le soin, de peindre (outre tags et autres graffitis approximatifs)

  2. Pour le blanc, tu confons peut-être avec le grand sablier qui est peint sur un mur de Kreuzberg près de Tante Emma et qui représente une ville en glace en train de fondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le