Croissanterie à Neukölln

croissants A berlin - Photo copyright Didier Laget Vous connaissez sans doute ce moment. C’est dimanche matin, dehors l’air est immobile tellement il fait froid et le soleil brille derrière une couche de givre. Pour être aimable vous offrez d’aller chercher des croissants, « des croissants presqu’aussi bons que chez XO ». Remplacez XO par le nom du boulanger où vos parents avaient l’habitude d’acheter leurs croissants, dans le VIIIè ou à Aubière, mais en tous cas en France.


Vous vous couvrez comme vous avez appris à le faire après plusieurs hivers à Berlin, puis vous montez sur votre vélo et si personne ne roule sur vos lunettes, vous arrivez tranquille à la Croissanterie à Neukölln, près de l’Hermannplatz.
Une fois sur place, le plus dur est de faire la queue en scrutant la vitrine sous le comptoir. Il doit rester vingt croissant et il y a cinq personnes avant moi…
Ca sent bon, les chocolats sont fumants, et les croissants au beurre croissantent en attendant d’être dévoré. J’ai de la chance, je repars avec 5 croissants dans un paquet chaud. Deux croissants pour elles, deux pour moi et un autre que je mange en poussant mon vélo.
La croissanterie Christian Sachse
Pannierstr. 56
12047 Berlin

4 réponses

  1. Bonjour,
    ça n’a pas trop à voir, même si j’aime bien votre billet. C’était pour vous signaler, au cas où vous l’auriez loupé, qu’il y a tout un tas d’article sur Bansky (Télérama et Le Monde notamment), vu son actu.
    Bonnes fêtes à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le