Pas Krass du tout

Le ciel de Berlin A berlin - Photo copyright Didier Laget
Ce dimanches matins, malgré le soleil, le ciel bleu, la Karl-Marx Straße est vide. Je vais faire quelques photos vers le Körnerpark. A part une maman poussant un landau sur le trottoir, je ne croise personne. Derrière moi, j’entends une voiture, où plutôt j’entends les « prout prout » qui sortent de ses haut-parleurs dans le coffre. Il joue la musique tellement fort qu’il risque d’exploser son pare-brise. Je me retourne pour voir ce que c’est, une grosse bagnole gris métallisée, elle roule sur la file de gauche, pas très vite. Je me retourne de nouveau, mes lunettes, dont les branches étaient glissées dans mes cheveux, tombent. C’est pas la première fois que ça m’arrive. Elles sont rouges, très visibles sur l’asphalte noir et jamais rien n’est arrivée.


Je me gare « en double file » et marche vers mes lunettes. Elles sont au milieu de la file de droite. La voiture change de file, accélère légèrement et à un ou deux mètre de moi, ralenti et roule dessus.
Pas de chance. Je suis un peu ennuyé qu’il ne les ai pas vu mais ça devait arriver une fois. En plus à 2€ la paire, c’est pas catastrophique. Mais c’est quand même pas de chance que le chauffeur ai décidé de changer de file à ce moment.
Vraiment pas de chance, parce qu’après m’avoir dépassé, je le vois revenir sur sa file, la file de gauche.
C’est un accident, un incident, un petit incident. N’empêche que s’il était resté sur la file de droite après avoir écrasé mes lunettes je me sentirais mieux.
Aujourd’hui, je ne peux plus faire de photo, je ne peux plus lire mon plan de Berlin, je peux même pas lire le journal. Pourquoi a-t’il accéléré, puis ralentit. Il a ralenti à cause du feu qui était rouge. Mais le feu était déjà rouge avant, donc il n’avait pas de raison d’accélérer du tout. Où alors il hésitait, « je dois tourner à droite ou à gauche, je grille le feu ou pas ? »
J’ai même pas pensé a prendre mes lunettes en photo !
Plus tard dans l’après-midi, j’ai toujours un sale sentiment, j’essaye d’imaginer ce qui se passe dans la tête du type qui décide de faire ça. Ils étaient au moins deux dans la voiture, je suppose qu’ils auront raconté leur petite histoire à leur potes.

4 réponses

  1. Ok pour des lunettes c’est pas cool… mais moi j’ai l’impression que le fait de changer de file et d’accélérer, il y a des gens qui le font aussi quand ils voient des piétons qui traversent en dehors des passages piétons (genre: « je vais t’apprendre à respecter la loi, toi! »).

  2. Pas sympa pour les lunettes…Comment faut-il interpréter cette réaction barbaro-urbaine ? Enfin, il faut relativiser : ils auraient pu également faire un écart jusque sur le trottoir et là, écraser mère et landau.

  3. @JvH C’est vrai, mais heureusement il ne se passe rien. Mais dans mon cas, on est plus dans l’intimidation débile mais dans le passage à l’acte. Je suis certain qu’ils auraient agis de la même manière quelque soit l’objet tombé parterre, et quelle que soit sa valeur (ipod, handy, appareil photo…)

  4. @ marie 🙂 entre la mère et le landau et eux, il y avait ds voitures garées. Et de toute façons ce ne sont pas des assassins, c’est plus marrant de foncer sur les piéton, de s’arrêter au dernier moment au feu rouge en faisant croire qu’ils vont passer, de se rabattre pile devant un vélo, pour se garer ou d’écraser une misérable paire de lunette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,