L’homme des neiges

mutze A berlin - Photo copyright Didier Laget Pendant l’hiver 2005, les températures à Berlin ont atteint -25 et on a eu de la neige jusqu’au mois de Mars. Sachant que tout augmente, on peut s’attendre, en 2009 à des -40 et de la neige jusqu’en juin. Alors, comment lutter contre le froid? Je vous dis comment je fais, mais j’attends de vous la même chose.
« C’est la lute glaciale, couvrons-nous, car demain… »


Pour résister à la froidure berlinoise, je m’habille avec un mélange de haute technologie et de tradition séculaire.

  1. Un orange mütze, avec doublure en micromachin pour protéger la tête et les oreilles. L’orange me tient plus chaud que le bleu…
  2. Une écharpe grise en laine tricotée par ma freundin pour le cou et le haut du corps
  3. Des collants en polarfleecetactelmerino, les mêmes que ceux de Jean-Louis Étienne, pour protéger mes jambes, c’est moche, mais ça tient bien chaud.
  4. Un t-shirt dans la même matière.
  5. Un autre Tshirt en Fleececosmique
  6. Un pull en laine d’occasion (il aurait été porté par Paul Emil Victor)
  7. Un pantalon normal
  8. Des chaussettes en coton fluo, pour être repéré dans les avalanches.
  9. Des moufles en polartec.

À savoir qu’après avoir vu un coursier sur un super vélo à pneus crantés se vautrer dans un carrefour, j’ai fini ma ballade en poussant mon vélo, mais que de toute façon à grande vitesse l’équipement décrit ci-dessus n’était pas suffisant.

Et vous, comment faites-vous ?

18 réponses

  1. pour avoir vécu dans un pays froid il est possible de mettre des vêtements chaud sans trop sacrifier ses goûts vestimentaires… Mais la seconde peau en vêtements technique à Emile et Jean-Loup ca fait toujours plaisir.
    Sinon la solution est de ne pas s’attarder dehors (ca vaut ce que ca vaut).

  2. Moi c’est simple, je reste à la maison… mais c’est sûr que si la neige tient jusqu’en juin je vais devoir investir dans le polarfleecetactelmerino!
    p.s. je coche consciencieusement à chaque commentaire la case « mémoriser mes infos personnelles », mais sans grand résultat pour l’instant.

  3. C’est mon premier hiver loin de chez moi, et je le passe à Berlin. Voici mon truc personnel contre le froid de cette ville : portez un chandail et une paire de chaussettes de moins qu’à l’habitude.
    En fait, j’ai grandi à Québec, alors pour moi à Berlin l’hiver est doux.
    Alors mes vrais trucs contre les grands froids : éviter le vent, bouger beaucoup, bien s’habiller et surtout, porter des bas de laine.
    Bon blog!

  4. C’est facile, en maillot de bain, avec de la crème solaire et des lunettes, parcequ’il fait un petit 30° ici à Saint Denis de la Réunion.

  5. @JvH Je suis désolé pour le Mémoriser mes infos personelles qui ne mémorise rien, c’est comme les dates de publication de mes billets qui ne s’affichent pas, il faudrait que je fasse une mise à jour de l’application du Blog et là… C’est bof bof. MAIS ça viendra!

  6. pour moi , c’est trés aléatoire . je peux , suivant les années , passer l’hiver en pull … Mais , pour les grands froids : un manteau doublé polaire à l’origine pour transat ( fabriqué en chine ) , des chaussettes (3 mois par an ) fabriquées en chine également , et enfin un jean’s (pas de chine , oufffff !!!!!!)

  7. Je fais de la pub pour ton blog… Non non, inutile de me remercier 🙂
    Sinon pour lutter contre le froid, il ne faut pas lutter, il faut être le froid… Sent le froid qui est en toi.

  8. ici a coté de lille
    mercredi à 8H00 -10 °C
    jeudi à 7H00 -12°C
    vendredi 6H30 -9°C
    ici aussi il fait froid surtout quand tu dois bosser dehors

  9. bonjour,
    J ai plutôt l’impression qu’on s’y habitue..mon premier hiver a Berlin fut le pire. J’étais frigorifiée. Cette année,je suis bien habillée, mais sans plus..! étrange…

  10. Après bien des tâtonnements, j’ai trouvé ce qu’il est indispensable de porter en hiver à Berlin :
    – une bonne doudoune (ça, c’est universel) dont le col remonte jusqu’au nez
    – une deuxième paire de chaussettes en coton sous les habituelles chaussettes d’hiver en laine
    – des gants hightech de moto (surtout si on prend le vélo, mais je m’y risquerais pas en ce moment)
    – cet espèce de casque qui ressemble à ce que portent les DJ-électro au Bar 21, sauf qu’il y a pas de musique dedans (mais ça réchauffe super bien les oreilles)

  11. Accumulation : plein de couches de vêtements superposées pour que l’air s’engouffre et se réchauffe entre les différentes strates. Bon, résultat un peu Bibendum mais au moins, ça tient chaud et ça amortit en cas de chute à vélo…

  12. a priori le froid a du geler les connections internet et le velo de didier
    les nouvelles notes se font attendre

  13. hi hi hi c’es très drôle le coup des chaussettes fluo! Moi ce qui m’amusait toujours à Berlin, c’est le déshabillage en entrant dans les boîtes de nuit! et comme personne n’a d’argent, tout finit toujours en tas dans le coin. Et aussi: sortir du métro et sentir un vent glacial vous cryogéniser la mâchoire instantanément…Par contre, pardon, mais le vélo c’est du suicide.

  14. Ma solution : Avoir froid.
    Ou du moins ne pas avoir chaud, sans pour autant me les geler. Ce qui permet de ne pas sacrifier son goût pour la mode (quoi que les talons sous la neige, c’est vraiment casse gueule) sans pour autant mourir d’une pneumonie.
    Ha et je prends le métro, parce que avec le bus et la tram, les porte s’ouvre tout le temps et il fait froid, brrrr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les