Antoine Villoutreix, les vieux souliers

antoine-villoutreix-les-vieux-souliers
Antoine a écrit cette superbe chanson sur Berlin, qu’il a eu la bonne idée d’appeler Berlin, ce qui aide le non-germanophile à la trouver dans la liste des titres de son premier CD. Puisqu’ il a eut une autre bonne idée, publier un CD, « Les vieux souliers ».


11 titres, enregistrés dans le grand sud de Berlin, à Toulouse précisement et que vous connaissez certainement si vous l’avez vu sur scène : La plus merveilleuse des choses du monde, L’Arbre, La solitude, Berlin, Pirate, Le train de la vie, L’exilé, Germaine, Les vieux souliers, Mes chansons sont tellement naïves, Spleen. L’illustration est signée Anna Voiron.
Pour le moment on le trouve en vente au Café Alice Gryphius : Gryphius Strasse 10
Antoine fait une fête pour la sortie du CD, le 17 octobre prochain à 21:00 à la Theaterkappelle dans la Boxhagenerstrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,