Antoine Villoutreix au Yuma Bar

Antoine-Villoutreix- A berlin - Photo copyright Didier Laget J’ai vu Antoine Villoutreix qui jouait discrètement au Yuma Bar. Enfin discrètement, au niveau de la pub qu’il avait faite pour le concert, car après deux ou trois morceaux, adieux la discrétion, la salle était pleine d’un public visiblement venu faire la fête.


Il était accompagné de deux musiciens, un guitariste et un percussionniste. Ce dernier était au cajón et son jeu a bien fait bouger tout le monde. Le public chante le refrain de « Emetteur Japonais » et celui de « Berlin », dans une version, oserais-je dire un remix, qui passe de la ballade au reggae, puis au steady beat ! Comment faire une photo potable quand on a devant soi un mur de danseurs? On fait pas 🙂
C’était une bonne manière de finir cette journée parfaite. Le Yuma Bar aussi c’est bien.

Une réponse

  1. J’avais découvert Antoine Villoutreix grâce à ce blog et depuis, devenue réellement fan, j’attends que sorte son album. Je confirme : c’est excellent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

arc en ciel sur la Berlinische galerie

Pluie d’arcs en ciels sur Berlin

Depuis quelques semaines des arcs en ciels fleurissent à travers l’Allemagne, que ce soit des drapeaux près de l’église Heilig-Kreuz-Kirche à Kreuzberg, une vieille pub pour Coca sur le toit de la Spitteleck-Hochhaus qui a été détournée, d’autres drapeaux sur

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la