24 Geschichten für die Weihnachtszeit

24-Geschichten-fuer-die-Weihnachtszeit phl
Quand, en mai, un éditeur me demande « On aimerait bien que vous nous écriviez un petit conte de Noël« , je suis rarement excité.


Parce que très tôt, j’ai vu que les Pères Noëls de la place de Jaude à Clermont-Ferrand étaient faux. Il y en avait plusieurs et leur barbe était tellement mal collée, que même un gamin de deux ou trois an reconnaissait le faussaire. Je me souviens d’être assis sur les genoux de l’un d’eux, de ne pas comprendre ce qu’on voulait de moi et d’être très gêné par les ses poils de barbe, attirés par l’électricité statique de mon anorak.
Je suis rarement excité au début mais finalement, je fini toujours par y trouver beaucoup de plaisir en abordant la situation sous un autre angle. Der letze Weihnachtswunsch est le titre de la nouvelle que j’ai donné à Boje pour ce recueil : 24 Geschichten für die Weihnachtszeit. On a reçu nos exemplaires ce matin et ils ont une particularité qui me plait bien: comme il s’agit d’un calendrier de l’avant on ne peut lire qu’une histoire à la fois, après en avoir séparé les pages les unes des autres.
C’est le bouquin idéal si vous habitez en Allemagne et que votre jeune enfant apprend, l’Allemand à l’école où si votre allemand est du même niveau que le mien.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ampelmann en Catalogne

Ampelmann et l’Alt Empordà

Je suis actuellement à l’extrême sud de Berlin, dans une région qui s’appelle l’Alt Empordà, c’est tellement au sud de Berlin, que ce n’est plus l’Allemagne, c’est même carrément au nord de l’Espagne, région où je suis car l’hiver y

Arc en ciel sur la Berlinisch Galerie

Pluie d’arcs en ciels sur Berlin

Depuis quelques semaines des arcs en ciels fleurissent à travers l’Allemagne, que ce soit des drapeaux près de l’église Heilig-Kreuz-Kirche à Kreuzberg, une vieille pub pour Coca sur le toit de la Spitteleck-Hochhaus qui a été détournée, d’autres drapeaux sur

Cité Radieuse à Berlin - Photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la