Victor Ash : Puisse le toit au dessus de ta tête être toujours solide

Victor Ash : Puisse le toit au dessus de ta tête être toujours solide A berlin - Photo copyright Didier Laget Victor Ash nous propose dans l’entrée de la Kunstraum Kreuzberg, son interprétation de la citation irlandaise « May the roof over your head be always strong ». 6 grandes peintures murales en noir et blanc viennent remplacer les personnages colorés de Dave the Chimp. Il a fait ça dans le cadre de Backjumps 2015 et pour le moment personne n’a ajouter « Roy was here » au feutre.

Pour ceux qui ne sont pas très visuels, Victor Ash est l’auteur de l’Astronaut Cosmonaut à Kreuzberg de « Human pyramid » (Stimmen Für den Mindestlohn) dans Mitte et de Tree Children à Wedding. Dois-je ajouter entre autres?
Victor Ash : Puisse le toit au dessus de ta tête être toujours solide A berlin - Photo copyright Didier Laget

Victor Ash : Puisse le toit au dessus de ta tête être toujours solide A berlin - Photo copyright Didier Laget

Victor Ash : Puisse le toit au dessus de ta tête être toujours solide A berlin - Photo copyright Didier Laget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les