Vélo du bonheur

velo-de-la-gluck A berlin - Photo copyright Didier Laget
Je rêvais d’un vélo avec des pneus increvables, pas de dynamo stupide mais une dynamo moyeu, pas de dérailleurs mais un moyeu à vitesses intégrées, des freins à rétropédalage, je voulais que l’éclairage fonctionne même à l’arrêt, qu’il soit simple et léger. Rêve exhaussé.


Il est fabriqué à côté de Berlin par Berlin Bike Fun, le modèle s’appelle « Lille » ( ça fera plaisir à certains 🙂 et je l’ai payé 295€. La dernière fois que j’étais en France, je cherchais un vélo et pour avoir un modèle semblable j’aurai dût payer au moins deux fois plus cher, et encore, sans les pneus increvables. Alors comme pour les lunettes ou pour les Fishermen Friends et pleins d’autres choses, je pose la question : POURQUOI EST-CE TOUJOURS BEAUCOUP PLUS CHER EN FRANCE?

velo-de-la-gluck A berlin - Photo copyright Didier Laget
Pas de dérailleurs couvert de graisse mais un moyeu à 3 vitesses intégrées, qui ne sautent jamais et des freins à rétropédalages, bien pratiques pour freiner quand on a une main occupée ou que la chaussée et glissante et les pneus humides. Notez quand même qu’un frein à main pour la roue avant vient compléter l’ensemble.

velo-de-la-gluck- A berlin - Photo copyright Didier Laget
La dynamo est dans le moyeu avant. C’est super pour deux raisons, quand le vélo se retrouve sous une pile de vélos qui s’est effondrée sur lui, pas de risque de l’abimer en l’accrochant dans les rayons de roues, et je trouve son efficacité permanente quelque soit l’humidité des pneus et ma vitesse. Je n’est pas remarqué que je devais forcer plus pour avancer comme on me l’avait prédit.

velo-de-la-gluck A berlin - Photo copyright Didier Laget Les pistes cyclables sont larges et omniprésentes à Berlin, mais dans certains quartiers qui commencent avec un Friedrich, un Kreuz, un Neuk ou un Wed, un phénomène inexpliqué fait que des tonnes de bouteilles de bières brisées les jonchent. En un an j’ai crevé un nombre incalculable de fois. Quand j’ai découvert les pneus increvables, j’ai sauté de joie tel Raymond Poulidor passant la ligne d’arrivée en première place.

velo-de-la-gluck A berlin - Photo copyright Didier Laget Un petit accus équipe les lumières à l’avant et à l’arrière. Ça c’est très cool au feu rouge à l’arrêt. Même dans la pluie ou le brouillard, il est difficile de ne pas voir la LED rouge. Alors je sais que c’est un signe que je ne suis pas un vrai Berlinois, car celui ci roule sans feux, mais je préfère être un pas vrai Berlinois vivant.
velo-de-la-gluck A berlin - Photo copyright Didier Laget
Et une grosse chaîne pour éviter qu’on ne me le pique trop rapidement.

Voilà, c’est mon vélo du bonheur. L’ancien n’est pas franchement content. D’autant plus que la dernière fois que je m’en suis servi, j’ai crevé à l’arrière et que je n’ai pas mis de rustine.

9 réponses

  1. Si, c’est un vélo de fille. J’ai remarqué que c’était plus pratique pour faire des photos. La présence de la barre horizontale d’un vélo de garçon me gène.

  2. Si c’est toujours plus cher en France, c’est parce que les distributeurs s’en mettent pleins les poches.
    Je ne crois pas qu’il y a en Allemagne de groupes aussi puissant que Decathlon, Sport 2000 ou Go Sport, donc il existe une vrai concurrence.

  3. tu as acheté un modele lille mais le vendeur a oublier de te dire que c est un velo qui attire la pluie ;(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Evolution Covid-19 à BerlinPhoto Didier Laget

S’informer sur le Covid-19 à Berlin

Voici une liste de sources fiables concernant la situation de la pendémie de coronavirus à Berlin. Je sais bien qu’en ce moment,la méfiance est à la mode, et que la notion de fiabilité sera discutée, mais je fais, malgré tout,

Mon Berlin - Bernard THomasson

Bernard Thomasson offre son Berlin

Chers amis berlinois francophones autoconfinés. Je vous écris de mon confinement perso, pour vous annoncer une bonne nouvelle qui vous changera de Netflix. Bernard Thomasson, gastronome et écrivain ou écrivain gastronome, a décidé de nous faire cadeau de son livre

save-club-culture-berlin

Les clubs berlinois, chez vous.

Pour soutenir les clubs berlinois et ne pas sombrer dans la déprime, connectez-vous à unitedwestream.berlin, et dansez jusqu’au bout du virus. Pour 10, 20, ou 30 Euros par mois, vous rentrez au Berghain sans faire la queue, vous shakez vos

Le Covid à Berlin, Photo Didier Laget

Covid-19 à Berlin

Je n’aurai jamais imaginé vivre une crise pareille, le coup du Coronavirus qui menace la planète, c’est tellement énorme que beaucoup n’y croient pas et disent beaucoup de conneries, sans doute parce qu’ils ont trop bingé, se tapant à la