Soixante ans, soixante oeuvres au Gropius Bau

nophoto A berlin - Photo copyright Didier LagetAujoud’hui, 23 mai, on célèbre deux événements importants : la Saint Didier et les 60 ans de la Bundesrepublik Deutschland. À cette occasion le Martin Gropius Bau a mis en place une exposition assez incontournable, pour peu que votre intérêt pour Berlin ne se limite pas à vous faire prendre en photo devant la porte de Brandebourg.


Sechzig Jahre. Sechzig Werke, présente 60 oeuvres d’art réalisées en RFA pendant la période allant de 1949 à 2009. Chacune des pièces exposées est très représentative d’une tendance, d’un mouvement artistique ou d’un moment dans l’histoire. Le curateur a fait un super travail de précision.
nophoto A berlin - Photo copyright Didier LagetGeorg Baselitz – Der Hirte

Vous y verrez des oeuvres d’Anna and Bernhard Blume, une gondole de Martin Kippenberger, des tambours de Rebecca Horn, un piano et un cello de Joseph Beuys, J’ai passé un très long moment a regarder la sculpture Männer auf Bank de Stefan Balkenhol. Ses trois hommes debout sur un banc sont émouvants et justifient à eux seuls la visite.

Je viens de citer 5 artistes, mais ils sont en tout une soixantaine, dont certains moins connus, même de mes amis allemands.
nophoto A berlin - Photo copyright Didier LagetGerhard Richter – Tiger

Une richesse picturale qui mérite plusieurs visites si on en a les moyens ( 7€ l’entrée ). Des salles sont réservées à la mise en relation entre l’art et l’histoire (le mur de Berlin, Tchernobyl, les Twin towers, RAF…) avec la présentation de vidéos. J’y ai découvert des tables tactiles, permettant la visualisation de beaucoup d’informations sur un espace réduit d’une manière très simple et ludique.
nophoto A berlin - Photo copyright Didier LagetHanne Darboven – Ost West Demokratie
Un peu avant son ouverture au public, de nombreuses voix de l’ancienne Allemagne de l’EST ont crié au scandale, car l’exposition ne présente pas d’artistes de la RDA. Le musée a justement répondu, que le gouvernement de l’époque n’avait pas laissé la liberté aux artistes de s’exprimer, ajoutant que Graubner, Baselitz, Richter ou Penck qui avaient fui la DDR, faisait partie de l’exposition.
J’ajoute que l’exposition concerne l’art de la RFA, hors dès que le mur est tombé, la RDA est devenue la RFA. Ils sont fous ces Ossies.
C’est juste au 14 juin.
Martin-Gropius-Bau Berlin
Niederkirchnerstraße 7 | Corner Stresemannstr. 110
10963 Berlin
Ci dessous une des tables tactiles que j’ai filmé en prenant les plus grands risques.

5 réponses

  1. Hier nous parlions de la saint Didier avec mother et voila que ton blog nous permet de te la souhaiter.Bonne fête Didier.

  2. Perso, j’ai été très déçue par cette expo. Le choix des oeuvres est certes fantastique, mais ça ne suffit pas : on ne comprend rien à la scénographie car leur concept est rompu dès la première salle. Une oeuvre, une année, un artiste ? Et bien non, la chronologie est mélangée, on a plusieurs oeuvres des mêmes artistes, dans le désordre. Tout prend sens quand on s’y connaît en histoire de l’art. Et pour le grand public ? Des tables super technologiques qui claquent mais éloignent des vraies oeuvres, tu sais, celle dans ton dos que tu as à peine vue parce que tu étais trop concentré sur les vidéos… Dommage de réunir une telle collection de chefs d’oeuvres pour en faire une présentation aussi peu intelligente… Il faut dire, à la conférence de presse ils se sont vanté de l’avoir réalisée en seulement 4 mois. A leur place, j’aurais fait profil bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

photos de Berlin en 2020

Photos de Berlin en 2020

Dans quelques heures on passe en en 2021, et c’est pas plus mal. Sur ce blog, je n’ai publié que 25 billets, c’est peu, mais je suis certain que 2021 sera bien mieux, pour commencer, les réseaux sociaux ne seront

La tour de TV de Berlin du mois de novembre 2020

La tour de TV de novembre 2020

La tour de TV de novembre, je l’ai trouvé sur une affiche collée à l’entrée d’une école de Kreuzberg. À côté de moi une maman essayait d’expliquer à son petit enfant, qui ne s’y intéressait déjà plus, trop occupé avec