Seismograph City à L’Aedes am Pfefferberg

manzanares
Cette exposition à l’Aedes am Pfefferberg, nous présente 80 projets architecturaux écologiques, des idées simples et efficaces pour que les nouveaux bâtiments consomment moins d’énergie, voire même en génèrent, sans sacrifier au confort ou à leur fonctionnalité. On découvre des choses concrètes à Bangkok, la Nouvelle-Orléans, San Francisco, Reykjavik, Chongming, Caracas, Québec, Kampem…


Pour une fois que des gens sérieux proposent des solutions autres que de ne pas laisser ses appareils électroniques en veille ou d’acheter des lampes basse-consommation qu’on ne sait pas recycler et qui n’éclairent pas. Pour une fois qu’il s’agit de concret et non de vagues ébauches de plans. Certaines solutions, comme les cheminées solaires testées en Espagne sont réutilisables dans tous les pays où il y a beaucoup de soleil, et les matériaux utilisés se recyclent facilement.
La ville de Hambourg qui sponsorise cette expo pense pouvoir réduire ses émissions de Co2 de 40% d’ici 2020 en utilisant certaines des solutions présentées ici.
Je dis bravo ! puis, en plus c’est gratuit, puis, dommage que cela ne dure que jusqu’au 4 mars 2010, et enfin, je n’ai vu aucun projet Français, mais bon j’ai peut-être mal vu. Et j’ajoute qu’a Shanghai, les pavillons seront tous plus ou moins « verts », voir celui de l’Allemagne, de la France ou de l’Espagne
Aedes am Pfefferberg
Christinenstr. 18-19 (limite Mitte et Prenzlauerberg )

4 réponses

  1. Je ne sais pas ce qui m’arrive, c’est venu d’un coup, subitement, j’ai envie de publier un commentaire, qu’on me lise, d’un coup, ça m’a pris, au départ, je me dis, allez quelque chose de court, un truc qui fait pas chier tout le monde, et puis voilà, je me prends au jeu, je dilue mon propos, même si je n’ai rien à dire, c’est ça aussi Internet, permettre à ceux qui n’ont rien à dire de répandre leur logorrhée, j’écris « logorrhée », il se souligne en rouge, je pense que j’ai fait une faute d’orthographe, mais non, c’est juste que le dico automatique ne connaît pas le mot. C’est merveilleux, tutti va bene, la terre tourne, le soleil se lève chaque matin et l’univers poursuit son expansion qu’il ne rattrapera jamais, l’univers joue au gendarme et au voleur avec son expansion, et nous, on est là, au milieu de tout ça, et tout ce qui nous reste à faire, c’est de publier des commentaires, sur les blogs, des copains.
    Dider, hier j’ai vu Dominique Allègre chez lui, il y avait son amie Elise, et Frédéric Paillet que je n’avais pas vu depuis trente ans.
    Nous avons parlé de toi.
    Nous avons parlé de Polzick.
    Nous avons parlé de nous.
    Nous avons bu un café, c’était sympa 🙂
    Au moment de se quitter, j’ai dit à Frédéric Paillet, « Que le grand lapin te protège ».
    Il a ri.
    J’étais heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,