Intolérants les Pro Reli ?

pro-reli A berlin - Photo copyright Didier Laget
Près de 60% des Berlinois sont athées. Donc dans une démocratie, ça fait une belle majorité. Dans les écoles berlinoises, on a des cours d’éthique. Ce qui est plutôt bien. La religion est une affaire personnelle, quelque chose qui reste dans le cadre de la famille ou des lieux de cultes. Mais une partie des 40% des Berlinois croyants, une petite minorité donc, voudraient que ça change. Ils ont créé un groupe « Pro reli » et demandent un référendum.


Tout ça, si l’on en croit les affiches qui annoncent le référendum de ce dimanche, dans un but de plus grande tolérance. La tolérance serait de respecter le choix de 60% des habitants de cette ville.
Pour le moment, j’ai plutôt l’impression que les religions ne veulent qu’une chose, la guerre et l’obscurantisme. Je ne vais pas faire la liste des horreurs faites au nom de la religion ces dernières années.
Dans les écoles, qui filtrera les affirmations faites par Walter Mixa, évêque d’Ausburg, qui prétend que l’athéisme est à l’origine de l’holocauste, celle du pape qui prétend que le préservatif ne sert rien contre le sida (et l’évêque d’Orléans et celui de Lilles qui en remettent une couche ), celle de Richard Williamson qui dénie la Shoa. Et puis l’église catholique allemande qui protège un prètre pédophile, Wolfdieter Weiss. Et les créationnistes qui pointent leur sale nez.
Berlin est la ville où Hatun Sürücü a été assassinée par son frère qui désapprouvait sa manière de vivre « à l’allemande ». En 2005, six assassinats de ce genre ont eu lieu, rien qu’en Allemagne.
Fin mars, une jeune fille turque de 20 ans, Gülsüm S, allait être mariée de force, mais la famille s’est rendu compte qu’elle n’était plus vierge, alors son frère l’a étranglé et l’a frappé à mort à coup de gourdin. J’arrête là, cette liste est longue et me rend malade. Pour tout dire, elle me fait peur.
Bien sûr, je connais plein de croyants qui ne sont pas intégristes, mais il y en a assez pour mettre la pagaille sur terre.
Guenter-Jauch-proreli A berlin - Photo copyright Didier Laget
Sur l’affiche, le monsieur à la coupe de cheveux et au regard concerné, c’est Günter Jauch. Le Jean Pierre Foucaud d’ici dit même que ce vote est une question de liberté.
Mise à Jour (4/5/09)
Le projet de Pro Reli n’est pas passé. J’adore Berlin.
61% des votants ont voté contre. La participation était cependant plus faible que pour Tempelhof.
Je viens aussi d’apprendre un truc que je trouve sinistre, dans leur proposition les Pro Reli voulaient que les élèves choisissent entre les cours d’éthique OU de religion, puis pour ceux qui choisiraient religion, les classes seraient strictement divisés par religion, les protestants avec les protestants, les catholiques avec les catholiques et les musulmans avec les musulmans.
Autant pour la tolérance et le partage !
Au mieux, l’idée aurait pu être d’ouvrir les enfants sur les autres religions, pour comprendre, accepter les différences. Non, l’idée était de les enfermer dans des doctrines sombres et surtout de ne pas les laisser penser pour eux même. Je suis écoeuré.
Hypocrites !

Et maintenant, rions un peu.
kennt-gott-das-internet A berlin - Photo copyright Didier Laget

11 réponses

  1. Ils sont athées ou agnostiques les 60 % de Berlinois ?
    Personnellement je ne suis pas favorable au choix obligatoire entre éthique et religion, mais il me semble que l’enseignement de la religion à l’école pourrait justement permettre de vérifier qu’on ne raconte pas aux enfants des absurdités religieuses ailleurs. (ceci en réponse à l’affiche de la première photo).

  2. Athée ou agnostique, je ne sais pas. La statistique que je cite dit « 60% habitants sont sans religion » et un sociologue, cité dans une dépêche de l’AFP, dit que Berlin est la capitale mondiale de l’Athéisme…
    Les cours d’éthique ont été instaurés après l’assassinat d’Hatun Sürücü.
    D’autre part, Berlin est avec Brême et le Brandebourg un land où l’enseignement religieux n’est pas imposé.
    Il y a eu 50 assassinats de jeunes femmes turques en dix ans, la plupart dans des länder où la religion était enseignée à l’école…

  3. Je pense qu’en France, de ce point de vue là, on est tranquille.
    Enfin, j’espère.
    Enseigner l’histoire des principales religions, je trouve ça bien et même indispensable mais enseigner la religion, sûrement pas !

  4. Juste un extrait d’un article (http://www.rfi.fr/actufr/articles/059/article_31522.asp) un peu long.
    « La députée démocrate-chrétienne zurichoise Rosmarie Zapfl-Helbling qui a lancé le débat au Conseil de l’Europe, tient à souligner qu’ «il ne faut pas accuser l’islam, les mariages forcés ne concernent pas que des familles musulmanes, d’ailleurs l’islam ne les préconise en rien». «Dans les sociétés traditionnelles les relations hommes/femmes sont régies par des lois qui l égalisent la domination du masculin sur le féminin. Dans les sociétés où les luttes des femmes l’ont contesté, elles ont obtenu des avancées, mais la différence entre les sexes reste hiérarchisée et les droits des femmes sont remis en question à chaque instant» déclare-t-on au Planning familial, expliquant qu’ainsi «les jeunes femmes vivant en France et nées de parents migrants ne trouvent pas dans la société d’accueil les appuis nécessaires et suffisants pour argumenter, contester ou rompre avec les codes représentés par les parents et obtenir l’accès à leurs droits individuels». »
    Merci pour ce blog si vivant qui nous montre Berlin au quotidien.

  5. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit des conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple

  6. Bonjour Laurent,
    Sans vouloir polémiquer et comme le dit l’article, le problème ne vient pas de la religion; la simple solution c’est l’enseignement des Droits de l’Homme (en France c’est une question enseignée en cours d’éducation civique et ce n’est donc pas une question d’éthique).
    Il ne faudrait pas mettre non plus en concurrence religion et éthique.
    On peut « enseigner » une religion ou l’éthique et respecter les femmes 😉

  7. Effectivement Didier, ces dernières statistiques donnent à réfléchir sur la manière dont la religion est enseignée dans les écoles allemandes(bien que je ne pense pas qu’on puisse établir une relation de cause à effet entre ces assassinats et l’enseignement religieux dispensé à l’école). Comme le dit Christophe, il ne faut pas opposer éthique et religion. En plus des cours d’éthique pour tous, je pensais juste qu’il ne serait pas déconnant d’envisager un enseignement religieux (facultatif) à l’école plus maîtrisé que dans d’autres cadres.
    Qu’a donné le référendum au fait? J’ai juste entre-aperçu des titres de journaux faisant état d’une faible participation.
    Et pour Laurent, j’ai lu dans Le Monde qu’il serait maintenant préférable de dire les droits humains plutôt que les droits de l’Homme (même avec un grand H)comme presque partout dans le monde pour éviter justement toute connotation exclusivement masculine.(voilà pour relancer une petite polémique sémantique).

  8. Je viens de faire une mise à jour de ce billet, et comme je l’explique ailleurs, j’ai du nettoyer les commentaires dont beaucoup était franchement injurieux. J’ai du mal à comprendre cet emportement!

  9. Malheureusement (ou heureusement selon les opinions) je crois que -comme moi- tu as un avis bien francais sur la question.
    Dans mon cour d´allemand (donc prof allemande et élèves de toutes nationalités) nous avons discuté du référendum pendant quelques instants et la prof voulait savoir ce que nous aurions voté.
    Quand j´ai expliqué que selon moi la religion devait rester dans le cadre du privé, que c´était aux parents d´enseigner ce genre de choses à leurs enfants et que de toute facon il y avait l´eglise, le synagogue et la mosquée pour ce genre de chose,… beaucoup me sont tombés dessus.
    J´ai ensuite expliqué que de toute facon je trouvais ce référendum ridicule et que selon moi même l´éthique n´avait rien à faire à l´école, que là encore c´était aux parents d´éduquer leurs enfants, et pas exclusivements aux profs, ce sont les mères qui me sont tombé dessus.
    Je leur ai alors expliqué que selon moi la plupart des parents, par incompétence ou pas manque de temps avaient décidé de ne plus éduquer leurs enfants et de confier leur éducation au prof de maths, d´anglais ou de géo dont ce n´était ni la vocation ni leur rôle. Et elles me sont retombées dessus.
    Lorsque quelqu´un a dit que c´était utile d´enseigner l´Histoire des religions à l´école je me suis permis de faire remarquer qu´il n´y avait alors pas de raison de ne pas enseigner également l´Histoire de l´athéisme. On m´est tombé dessus en me disant « et pourquoi pas des cours de communisme ? ».
    J´ai juste répondu « on enseigne déjà l´histoire du communisme. Enfin plutôt l´histoire des crimes du communisme ».
    Le summum étant atteint par une sud-africaine qui m´a dit que sans la religion il n´y avait pas d´éthique…
    Il n´y a guère eu qu´une italienne pour me soutenir.
    Ce que je n´ai en revanche pas compris c´est que la prof allemande m´a dit être d´accord avec moi, avant de poursuivre en disant avoir voté « oui »… soit disant parce que Berlin est cosmopolite et qu´on doit apprendre à connaitre les autres.
    J´ai failli lui répondre que c´etait justement parce que Berlin était à majorité athée que tout le monde pouvait y « vivre ensemble »… mais on est passé à un sujet plus leger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des