Hoai Nam

hoai-nam A berlin - Photo copyright Didier Laget
Au fond de la pièce il y a un aquarium avec une pagode, un moulin à eau et une maison Beauceronne, son sol est jonché de pierre multicolore et il y a toujours un poisson dont a l’impression qu’il veut rentre en contact avec vous… Mais ce n’est pas pour le voir qu’on vient au Hoai Nam.


On y vient pour manger ses Ga Chua Cay, Bin Xó Xiu et plein d’autres plats dont je ne saurais prononcer le nom, mais que je pointe du doigt sur le tableau qui sert de carte. La cuisine est dans la salle, parfums de coriandre fraiche, le gingembre et la citronnelle, le son des flammes qui s’agitent autour du wok, le regard du poisson qui veut établir un contact avec vous.
Tout est très frais, un peut épicé, mais pas trop. Deux plats sont renouvelés chaque jour, c’est que je vous conseille de prendre. Pour 4,20€ on se régale. Les Sommerollen à 3,30€ les deux, sont les meilleurs que je connaisse, ils sont accompagnés d’une sauce avec des cacahouètes et d’un peu de Kimchi.
Incontournable !
Hoai Nam
Skalitzer Strasse 103
10997 Berlin
Tous les jours de midi à minuit.
Une fois prochaine je vous parle de Hamy (Neukölln) et de Monsieur Vuong (Mitte)

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les