Berlin : Die Symphonie der Großstadt

symphonie-berlin
Le jour se lève, un train, tiré par une locomotive a vapeur, traverse le paysage en noir et blanc. La musique fait zim boum boum, c’est dramatique, on croit que quelque chose d’horrible va se passer. Et non, on arrive dans la gare d’Anhalter. C’est le début du film « Berlin : Die Symphonie der Großstadt ».

Il est 5 heures, Berlin s’éveille. On descend dans les égouts, on rentre dans les usines, tout est encore fermé. Les gens commencent à sortir dans les rues et enfin la grosse stadt s’anime. Ce film date de 1927, il est fascinant, dans les rues on croise des troupeaux de vaches, des locomotives à vapeur traversent le ciel, c’est Métropolis. Le réalisateur est fasciné par les machines.

Dans la deuxième partie, il est huit heures, les boutiques ouvrent, les enfants vont à l’école. Dans les rues, il y a des calèches, quelques voitures, des cyclistes, des bus à deux étages. On prend le métro, on fait du shoping dans Unter den Linden. puis retour sur ‘industrialisation, la presque robotisation des employés. Et enfin, c’est les nuits de Berlin, assez animées. La symphonie de la grande ville.

Ce film est un vrai plaisir, une découverte de Berlin assez incroyable, car il montre la ville comme on l’a voit rarement. Le montage est moderne, les plans graphiques et l’utilisation de la caméra surprennent pour l’époque.

A l’origine il était muet, la musique a été ajoutée bien après.

Die Symphonie der Großstadt
Réalisé par Walter Ruttmann

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le