Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Wim Wenders WerkschauDas Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque.

Au total 28 films et des reportages pour, comme le dit la chaîne, les fans de Wenders – et ceux qui veulent le devenir.

Si vous connaissez peu ou pas Wenders, c’est vraiment l’occasion, il serait surprenant que vous ne trouviez pas un film qui vous marquera durablement. Le rythme très particulier de ses récits, le choix des bandes-son, ses distributions atypiques, la texture et la palette de ses images. A ne pas rater.

Wim Wenders a eu 75 ans le 14 juillet dernier et si vous voulez profiter de ce cadeau, vous avez jusqu’au 14 septembre pour le faire ici Wim Wenders – Werkschau

28 films de Wim Wenders

Tout Wim Wenders
On y retrouve bien sûr Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin), pour moi un des plus beaux films sur Berlin et dont j’allais dire qu’il était le symbole cinématographique d’une époque mais au fond, quasiment tous ses films le sont. Bruno Ganz, Solveig Dommartin, Otto Sander, les textes de Peter Handke, la musique de Jürgen Knieper et Berlin, en noir et blanc, en couleur, comme un rêve.

Als das Kind Kind war,
ging es mit hängenden Armen,
wollte der Bach sei ein Fluß,
der Fluß sei ein Strom,
und diese Pfütze das Meer.

Paris-Texas, avec la rencontre d’une Natassja Kinski rayonnante et de John Lurie, le saxophoniste de The Lounge Lizards sur la musique iconique de Ry Cooder.

Buena Vista Social Club, aussi réalisé avec Ry Cooder, le film qui a fait découvrir la musique cubaine à la planète.

Jusqu’au bout du monde (Bis ans Ende der Welt), une sorte de road movie de Science-Fiction avec un casting étonnant, William Hurt, Solveig Dommartin, Jeanne Moreau, Max von Sydow, Eddy Mitchel, Amália Rodrigues et une bande-son qui va des Talking Heads à Lou Reed en passant par Neneh Chery et Dépêche Mode.

Lisbonne Story, déambulation à travers la reine du Tage sur les mélodies nostalgiques de Madre Deus.
L’ami américain, un lent polar amer de 1977, qui commence à Hambourg pour se finir à New-York.

Si loin, si proche ! (In weiter Ferne, so nah!) La suite des Ailes du désir
Pina (Pina – tanzt, tanzt, sonst sind wir verloren), le documentaire sur Pina Bausch

Und Mehr comme disent les Café to go!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,