Statista sur l’AllesAndersPlatz

Statista - Photo Didier LagetStatista. Je ne sais pas ce que j’ai vu, mais il faut y aller. À quelque pas de l’hyperconsumérisme de l’odieux Alexa ou du Decathlon raboteur, se trouve les ruines de la Maison de la statistique, 50 000 m2 que la ville a semble-t-il accepter de céder à un groupe, qui pour une fois n’est pas un groupe d’investisseur mais qui réuni activistes urbains, artistes et micro-entrepreneurs sociaux. En tout cas jusqu’en 2022.

Statista - Photo Didier Laget

Four à Pain

Le résultat est Statista, entre l’occupation d’une Fac lors de grèves, le Land Art et l’expérimentation citoyenne.
On peut y chanter en joignant la chorale créée par Raumlabor, on peut manger dans le restaurant qui sert un pain cuit sur place dans un four à bois, on peut y danser, passer la nuit dans des capsules placées dans un mur. On peut assister à de nombreuses conférences et y présenter ses projets. Et j’aime bien ces derniers trois mots : présenter ses projets.

Statista - Photo Didier Laget

Ne ratez pas à l’extérieur du bâtiment, Failing Wild, une façade d’immeuble prévue pour abriter des martinets, étourneaux, moineaux, chauves-souris etc… Et Beecoin, un étage entier que l’on traverse avec précaution, car des ruches expérimentales y ont été installées.(Oui c’est bien Beecoin, et pas Bitcoin)

Statista - Photo Didier Laget

Et je ne parle pas des autos tamponneuses, des maquettes de projets d’urbanisations de la ville, des rencontres et de l’ambiance.

Statista, allez y ! C’est jusqu’au mois de décembre.

Statista - Photo Didier Laget

Statista - Photo Didier Laget

Statista - Photo Didier Laget

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *