Schwindel der Wirklichkeit à l’Akademie der Künste

Kreuzberg 1829 - Didier Laget - Schwindel der WirklichkeitVertige de la réalité, est une des traductions possibles de Schwindel der Wirklichkeit, l’exposition que présente en ce moment l’Académie der Kunste. Si je vous racontais ce qu’on y voit, ce serait gâcher le plaisir de ceux qui iront, donc je ne vous dirais rien, sinon que vous devriez y aller, avec un esprit ouvert et un peu de temps devant vous.

Finalement, je change d’avis, je vais dire un peu. On y voit des vidéos, des installations, des performances toujours intéressantes, drôles où qui interrogent où les trois en même temps.

Les œuvres présentées sont signées Nam June Paiks, Bill Viola, Michelangelo Pistoletto, Olafur Eliasson, Thomas Demand, Tino Sehgal etc..

N’oubliez pas d’appuyer sur le gros bouton rouge devant l’installation Pfft de Servass, vous ne le regretterez pas.

Et n’hésitez pas non plus à donner votre avis sur l’économie de marché à la personne qui vous le demandera, car vous deviendrez ainsi une Sculpture Sociale de l’artiste Tino Sehgal et un quart du prix du billet vous sera remboursé.

Schwindel der Wirklichkeit
Akademie der Kunste (attention, pas celle de la Pariser Platz)
Hanseatenweg 10
Jusqu’au 12 décembre
Du mardi au Dimanche de 11h00 à 19h00
7€

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ampelmann en Catalogne

Ampelmann et l’Alt Empordà

Je suis actuellement à l’extrême sud de Berlin, dans une région qui s’appelle l’Alt Empordà, c’est tellement au sud de Berlin, que ce n’est plus l’Allemagne, c’est même carrément au nord de l’Espagne, région où je suis car l’hiver y

Arc en ciel sur la Berlinisch Galerie

Pluie d’arcs en ciels sur Berlin

Depuis quelques semaines des arcs en ciels fleurissent à travers l’Allemagne, que ce soit des drapeaux près de l’église Heilig-Kreuz-Kirche à Kreuzberg, une vieille pub pour Coca sur le toit de la Spitteleck-Hochhaus qui a été détournée, d’autres drapeaux sur

Cité Radieuse à Berlin - Photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la