Notre prochain roman commence à Berlin

Nouveau Roman - Photo Didier LagetJe sais, c’est étonnant, mais notre prochain roman commence à Berlin. Un jeune Français qui a bien profité de la vie nocturne de Berlin, va directement et sans passer par la case “Chill Mahl”, du dernier club où il était à Alex. Là, il monte dans le car qui doit le ramener en France et s’y endort aussitôt. Sauf qu’un peu ému par tout ses excès il n’est pas monté dans le bon car et que celui ci ne va pas en France…

Il y a aussi un poulet, qu’un des personnages aperçoit brièvement et ces deux flans dont rêve un autre personnage hospitalisé, mais ni le poulet, ni les flans ne seront mangés. Ils n’ont d’ailleurs qu’un rôle très relatif et aucun effet sur le déroulement du récit.

Surtout comme on est en train de réécrire certaines parties le jeune Français pourrait très bien tomber dans le Landwherkanal ou s’endormir dans le parc d’Hasenheide.

chicken - Photo Didier Laget

flans - Photo Didier Laget

4 réponses

  1. En voilà une bonne nouvelle!
    quand même mieux que de reprendre un vieux (ancien) billet ! ( « Acheter un appartement »).
    Je préferarais une photo presque automnale (aïe ) d’Alex .. :))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les