La rue Ich Liebe Dich

ich-liebe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Voilà quelqu’un qui doit être vraiment amoureux de Gamze car il lui déclare sa flamme sur le mur en face de la station de police de Jüterboger straße. C’est le mur d’un cimetière, Le Friedrichswerderscher Friedhof. L’espace entre le dos des tombes a été rempli avec des briques. Mais on voit toujours un ange ou une tête peinée qui dépasse.


ich-liebe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Une rue à gros pavés longe ce mur. Des bus s’y garent, de très vielles roulotes aussi. De leur toit, sort une cheminée, des gens y habitent. Quand la police ne sort pas en trombe pour protéger Bush ou Merkel des vilains pauvres, la rue est très calme.
ich-liebe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Elle sert aussi de garage, on voit des jambes qui dépassent de sous les voitures, on entend des voix qui jurent « Putain de vis! « . Il y en quelques-unes aussi. Des putains. Mais elles sont dans les colonies vers l’aéroport de Tempelhof. Ici on apelle les jardins ouvriers, des Kolonien (une Kolonie, des Kolonien).
ich-liebe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Bref, un inconnu aime Ekinim. Un autre aime Sikra. Jox a signé, il aime Johanna. Mischa est aimée par plusieurs et Ozan aime Yasemin pour toujours.
Ich liebe dich = Je t’aime

5 réponses

  1. Les histoires d’amour,
    les histoires d’amour,
    Les histoires d’amour finissent mal,
    En générale !

  2. c’est marrant…se balader sur google un soir d’ennui à Berlin (ne me dites pas qu’à Berlin on ne s’ennuie jamais!) et tomber sur ce blog…
    orgasmique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le