La bulle qui scrige

Depardieu en bouteille A berlin - Photo copyright Didier Laget
A Berlin, les fêtes s’accompagnent de bulles. Des vin mousseux de Novyï Svet à 1€ la bouteille et dont un verre suffi à donner la gueule de bois aux Champagnes millésimés, magnifiques mais hors de prix, en passant par le Prosecco, le Sekt ou le Cava. L’offre est grande et la consommation sans modération, il suffit de compter les bouteilles sur les ponts et trottoirs le premier de chaque janvier pour le constater.


Depardieu en bouteille A berlin - Photo copyright Didier Laget
Cette année, j’ai découvert le Taille Princesse de Gérard Depardieu. Un vin mousseux, acheté (très cher) par des amis, dans un grand magasin berlinois et dont le prix est bien supérieur au plaisir que j’ai eu à le boire.
Le visage de l’acteur est sur le bouchon, il est embossé sur l’étiquette et sa signature accompagne une phrase du genre « J’ai voulu que ce vin soit l’alliance du bonheur et du terroir qui coule dans mes veines, et dont le nez, que dis je, c’est un cap, un roc, un pic, une péninsule… »
Comme ça on est sûr qu’il est bon, eh bien non, on est sûr qu’il est sur, qu’il hérisse, que dis je qu’il scrige, qu’il râpe…
Je ne comprends pas pourquoi ce vin est si mauvais, Gérard Depardieu est un homme d’affaire, il l’a fait composer par une grande maison de Saumur et avec son nom sur l’étiquette et le prix auquel il est vendu on devrait avoir une autre qualité que ça.
Ou alors, justement, parce qu’il y a écrit Depardieu dessus, les gens l’achètent pour collectionner la bouteille pas pour la boire.
Ou c’est une version spécial export. Considérant que les étrangers n’y connaissent rien, autant leur fourguer des trucs nuls, sinon ce serait donner de la confiture aux cochons.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,