Carnage à Neukölln

A berlin - Photo copyright Didier Laget
Si vous connaissez l’Allemagne, vous vous dite « avec un titre pareil il se prend pour Bild ou BZ » sinon « Il se croit au JT de la Une ».


Je suis simplement allé voir le dernier film de Polanski « Der Gott des Geletzels » – Carnage en Français – aux cinéma Rollberg à Neukölln. Mais je pense que le titre de mon billet à le même effet sur vous que le titre du film a sur beaucoup de gens, j’ai pu le vérifier. J’ai rarement vu une salle rire comme ça pendant un film considéré comme étant intello, et ce, du début à la fin, avec ce sentiment une fois que le générique arrive trop tôt. Le scénario, d’après la pièce de Yasmina Resa, est superbe, la direction d’acteurs superbe, les acteurs, Jodie Foster, John C. Reilly, Kate Winslet et Christoph Waltz sont superbes, l’image superbes, et même la musique très discrète est… superbe. Donc vous savez ce qui vous reste à faire.

Le cinéma Rolleberg est superbe aussi, les places sont confortables et larges, le son est aussi confortable et large, les écrans aussi, les prix sont au contraire très petits ( surtout le lundi ) et beaucoup de films sont en VO.
Voir un film dans ces conditions c’est mieux que sur l’écran de son Mac ( ou de son PC ou de son iPhone ou de son iPad ou même de sa TV à écran plat machin truc )

2 réponses

  1. c’est bien vrai ! même si je préfère  » ART » de yasmina reza, ce film avec Polanski est une réussite , je me méfiais pourtant du titre et du réalisateur !

  2. Je crois que les Allemand ont un problème avec des titre. Ou comment doit on comprendre « Ziemlich beste Freunde » après le film « Intouchable », ce ni traduction ni allemand correcte: C’est quoi alors?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le