Deutschlandradio – RIAS

rias- A berlin - Photo copyright Didier Laget
Deutschlandradio. C’est la première fois que j’y allais. On traverse un hall où trône cet énorme truc. Une machine à brouiller les ondes radio de la Stasi.


Avant d’être Deutschlandradio cette station s’appelait RIAS, Radio In the American Sector. Installée par les américains pour diffuser un autre message que la propagande de la DDR. Vous avez dû voir son logo sur le micro devant lequel John F. Kennedy dit sa célèbre phrase, « Vive le Québec libre!« .
La Stasi qui n’avait rien d’autre à faire que de torturer les gens et de tirer sur ceux qui voulaient faire le mur ne supportait pas que ses esclaves écoute la RIAS, on ne sait jamais, des fois que les gens se mettent à réfléchir, alors elle mit en place deux très puissants générateurs comme celui-ci, ils émettaient des bruits sur les mêmes fréquences que la RIAS.
rias- A berlin - Photo copyright Didier Laget
Quand le mur est tombé, les Américains sont partis, mais ils ont tout laissé et certains studios sont restés en l’état. Une grosse partie du matériel est d’époque, notamment le studio 5 avec une incroyable table de mixage Neumann, qui fonctionne toujours 24/24. La chaleur de l’analogique c’est très bien, il n’empêche que Deutschlandradio est en train de construire un super studio numérique de science-fiction.

Une réponse

  1. kennedy n’a jamais dit « vive le Quebec libre » c’etait De Gaulle . Mais la phrase
    célèbre ICH BIN EIN BERLINER .Attention DE NE PAS ECRIRE N’IMPORTE QUOI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

photos de Berlin en 2020

Photos de Berlin en 2020

Dans quelques heures on passe en en 2021, et c’est pas plus mal. Sur ce blog, je n’ai publié que 25 billets, c’est peu, mais je suis certain que 2021 sera bien mieux, pour commencer, les réseaux sociaux ne seront

La tour de TV de Berlin du mois de novembre 2020

La tour de TV de novembre 2020

La tour de TV de novembre, je l’ai trouvé sur une affiche collée à l’entrée d’une école de Kreuzberg. À côté de moi une maman essayait d’expliquer à son petit enfant, qui ne s’y intéressait déjà plus, trop occupé avec