Ail monogoussiale chinois

Ail-monogoussiale-chinois A berlin - Photo copyright Didier Laget
L’ail monogoussiale chinois qu’est-ce? C’est de l’ail chinois, dont la tête ne contient q’une seule gousse, et qu’on trouve dans les supermarchés genre Lidl ou Edeka à un prix tellement faible que j’ai pensé un moment qu’il contenait de la mélanine. C’est la première fois que je vois ce genre de produit et je l’ai essayé.


Avantage
Facile à peler.
Défauts
Très très très fort, il est quasiment inutilisable cru. Servir de l’aïoli monté avec ce genre de gousses serait considéré comme un acte de terrorisme.
Cuit, il sent l’ail, mais son goût est peu affirmé. Servir une sopa d’all, cuisinée avec ce genre de gousses serait considéré comme un acte de terrorisme.
Conclusion : vive l’ail de Lautrec, de Lomagne, de Cadours, d’Auvergne, de la Drôme, de Provence, d’Arleux, de Cherrueix, de Caraglio, de Piacentino, de Sulmona, de Vessalico, ou de Nubia.

3 réponses

  1. et bien je n’en achéterais pas ; car je fais confiance en la qualité de tes papilles gustatives ..! ps: excepté pour les jus de betteraves et de choucroute …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les