Votre avis sur l’expo Jeanne Mammen à la Berlinische Galerie

Jeanne Mammen
Attiré par un très bel autoportrait et par le fait que l’expo se tient dans un de mes endroits favoris, je suis allé voir l’exposition Jeanne Mammen à la Berlinische Galerie. Son titre exact en est Die Beobachterin – Retrospektive 1910-1975. Je ne vous ferais pas l’injure de traduire Retrospektive, mais Die Beobachterin se traduit par l’observatrice.

Jeanne Mammen

Et je lui aurais donné un autre titre que vous devinerez en regardant quelques photos. Au début de l’expo, en voyant le premier tableau, je me suis dit qu’est-ce que ce mauvais Picasso fait là?

Ce n’était pas un Picasso, ça ressemblait beaucoup à du Picasso mais c’était du Jeanne Mammen, le tableau suivant aussi, et le suivant…

Au bout du mur un cartel expliquait que ces tableaux sont sa réponse au Guernica de Picasso. OK. Mais alors après elle a dû répondre à Juan Gris, Braque, Paul Klee, Otto Dix, Miro… Bernard Buffet etc. Parce que c’est quand même très très proche. Et surtout on ne la voit pas elle, à travers ce travail.

Jeanne Mammen

Nous étions deux, très surpris et un peu énervés à nous demander si cela méritait une rétrospective. On avait dû rater quelque chose, alors si vous, lecteurs, y êtes allés, j’aimerais bien que vous m’expliquiez ce qu’il y a de si bien dans le travail de Jeanne Mammen et que nous n’avons pas compris.

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen

Jeanne Mammen


Jeanne-Mammen-Selbstportrait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les