Stolpersteine

Stolpersteine A berlin - Photo copyright Didier Laget
Werner souriait. Dans une heure il avait rendez-vous avec sa petite amie. Un instant de bonheur au milieu de la guerre et des privations. Il se rasait quand on frappa à sa porte. Il ouvrit en maillot de corps. Les soldats qu’il laissa rentrer brisèrent sa vie. Il ne revit jamais Berlin, il ne revit jamais sa petite amie.


Je ne sais rien de Werner Batch sauf qu’il naquit en 1908, qu’en 1943 il fut déporté à Theresienstadt et assassiné à Dachau en 1945, le 19 janvier. C’est ce qui est écrit sur ces pavés en laiton. J’ai envie de pleurer.
Memorial-Holocauste A berlin - Photo copyright Didier Laget
Le Mémorial de l’Holocauste, près de la porte de Brandebourg, est devenu un labyrinthe où les enfants se cachent, où les gens pique-niquent, où les groupes de touristes prennent un air de circonstance quand le guide leur raconte ce que c’est. Son esthétisme me laisse froid et n’évoque rien de la tragédie. On retrouve le début de 2001 Odyssée de l’espace, quand des singes tournent autour du monolithe noir en se demandant à quoi il sert. Mais ces petits pavés, parlent d’une vie, ils donnent un nom, quelqu’un qui n’habitait pas loin d’ici. Quelqu’un qui souffert les pires atrocités. Le holocauste n’est plus une suite de chiffres factuels et distants, quelque chose qui s’est passé il y a longtemps, il est ramené à notre échelle.
Les Stolpersteine sont l’oeuvre de Gunter Demnig, un artiste colonais. Il en a placé plus de 9 000, devant les maisons où des gens déportés ont vécus. Principalement en Allemagne. Il dit “Un homme est seulement oublié si son nom est oublié”. Il a raison.
On peut “sponsoriser” un pavé, cela coûte 95€
www.stolpersteine.com

2 réponses

  1. salut didier,
    j en ai vu au hackeschermarkt,il y en a quelques une devant l entrée du la cour
    En france pres de chez moi dans le vieux lille j en ai vu aussi

  2. les premières Stolpersteine ont été placées par l’artiste à l’insu de la ville, qui s’en est rendu compte lors de travaux de voirie à Kreuzberg. La ville d’abord incrédule et confronté au dilemne de faire supprimer ce mémorial illégal mais puissament symbolique et tellement percutent a finit par adopter cette initiative qui s’est développée par la suite.
    En tout cas simple et beaucoup plus efficace que le mémorial de l’holocauste.
    Sympa ce blog , Berlinois d’adoption amoureux de cette ville, je reviendrais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des