Sanary

Photo D. Laget
Au fond du bar Schwob, Bertold Brecht récite des poèmes contre Goebbels et Hitler. Arnold Zweig, Heinrich Mann et Lion Feuchtwanger créent la revue « Das Wort », publication antifasciste d’écrivains émigrés. Ce n’est pas l’opération Walkyrie, ce sont quelques intellectuels allemands qui durent fuir l’Allemagne, après l’autodafé de l’Opernplatz.


sanary-02-DSC_8122
Le hasard, décidément très aléatoire, m’a entraîné bien au sud de Berlin, précisément à Sanary, en Provence, où s’exilèrent de nombreux artistes tels que les auteurs Thomas Mann, Stefan Zweig, la musicienne Alma Malher, le poète berlinois Hans Siemsen et d’autres. Je dois remercier Polo du Sud qui m’a fait découvrir ces maisons où ils habitèrent, « Le Moulin Gris » avec sa drôle de porte en acier, « L’Enclos » au fond d’un beau jardin ou la villa «La tranquille ».
À part ça, moi qui pensais qu’il ferait plus beau en Provence qu’à Berlin, je vous le dis tout haut : c’est pas vrai ! il y fait un temps de daube ! L’eau du Wannsee est plus chaude que celle de la Méditerranée, la température au niveau de la mer, est inférieure à celle au sommet du Kreuzberg.

9 réponses

  1. heureux que tu sois de passage dans le sud. (j’habite Nice et effectivement ce n’est pas extra en ce moment maiiiiis…)
    au passage, je viens de finir le livre de klaus mann : le tournant.
    700 pages fantastiques pour ceux qui aiment comme moi les années 20/30. une montagne de descriptions et d’anecdotes…
    ( ;

  2. « der heimlichen hauptstadt der Deutchen litteratur »
    LUDWIG MARCUSE
    le destin surprenant que connu SANARY dans les années 30, » capitale secréte de la litterature allemande »

  3. Vu sur Paris première, un bout d’émission sur Berlin, tellement creux, que je suis parti avant la fin.

  4. apres une legere vague fort sur Berlin je vous que notre cher Didier se sauve vers le sud de la france alors que Monsieur joue les grands dans une note precedente (sur la piscine de prinzenstrasse) je site :Dans mon désir d’intégration, je me baigne dans le bassin non chauffé, histoire de montrer de quel bois je me chauffe.
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le