Positions Berlin Art Fair, allez-y vite!

Position Berlin Art Fair
Je suis sorti du Hangar 4 de l’aéroport de Tempelhof, joyeux, enchanté et glücklich. Je venais d’y voir des œuvres nouvelles, surprenantes, imaginatives, des œuvres qui questionnent et ne laissent pas indifférent, des œuvres qui m’ont laissé dans un état de béatitude sereine que je n’ai pas envie de rompre en les décrivant ou en les analysant avec mon pauvre vocabulaire qui ne leur rendra de toute façon pas honneur.

Si j’écris ce billet, c’est pour vous dire d’y allez, même si mes misérables photos sont peu fidèles aux objets photographiés, croyez-moi, il ne reste que deux jours pour le faire, après ça Positions Berlin Art Fair fermera. Et pour 6€, vous auriez tort de faire l’impasse.

En revanche, vous pouvez faire l’impasse sur Art Berlin qui est un peu la honte de Berlin Art week.

Allez voir les hallucinants collectionneurs de Matthias Ritzmann, les arbres aériens de Jorge Mayet, les machettes en sucre de Jorge Sanchez Di Bello, les superbes insectes en matériaux recyclé et l’énorme imagination créatrice de Matthias-Garff , la Transitstrecke de Jan Schüller, les selfies en aquarelle d’ Arthur Metz et tout le reste.

Jan Schüller
Jan Schüller
Jorge Sanchez Di Bello
Jorge Sanchez Di Bello
Jorge Mayet
Jorge Mayet
Matthias Garff
Matthias-Garff
Arthur-Metz
Arthur Metz
Matthias-Ritzmann-
Matthias Ritzmann

Meubles en carton
Pour finir, et ce n’est pas anecdotique, tout le mobilier du salon, des bars et restaurants est fabriqué en carton, hypersolide et bien sûr recyclable. Bravo Positions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le