Magnolias du printemps berlinois

Magniola à Kreuzberg - Photo copyright Didier LagetLes magnolias sont là, ils ont surgi de l’hiver sans prévenir, et la vision de leurs cupules violacées m’évoque un chanteur/danseur moulinique du siècle dernier qui revient bientôt sur scène sous forme holographique, je veux parler de Claude François et de “Magnolias for Ever”. Chanson dont je vous recopie un couplet magnifique, le plus beau de la chanson française pas à texte, à mon avis. Je vous invite à l’apprécier; en même temps que les photos de magniolas du Mehringdamm que je verrai bien en poster géant sur un mur de mon salon marron.

Voici donc un morceau (ou un bout, je ne sais jamais) de « Magnolias for Ever » qu’on pourrait traduire en allemand par « Magnolien to go » ou « Magnolien und mehr ».

Avec les trois premiers vers on se dit que Claude François était visionnaire car il décrit parfaitement le Berghain qui n’existait pas encore.

Dites-lui que j’ai peur pour elle
Dans les sous-sols quand il fait noir
Quand j’entends ces musiques nouvelles
Où s’en vient crier le désespoir
Dites-lui que je pense à elle
Dans un grand champ de magnolias
Et que si tout’s les fleurs sont belles
Je me brûl’ souvent souvent les doigts
Des magnolias par centaines
Des magnolias comme autrefois
Je ne sais plus comment faire
Les magnolias sont toujours là

Magniola à Kreuzberg  - Photo copyright Didier Laget

Magniola à Kreuzberg - Photo copyright Didier Laget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le