Magnolias du printemps berlinois

Magniola à Kreuzberg - Photo copyright Didier LagetLes magnolias sont là, ils ont surgi de l’hiver sans prévenir, et la vision de leurs cupules violacées m’évoque un chanteur/danseur moulinique du siècle dernier qui revient bientôt sur scène sous forme holographique, je veux parler de Claude François et de “Magnolias for Ever”. Chanson dont je vous recopie un couplet magnifique, le plus beau de la chanson française pas à texte, à mon avis. Je vous invite à l’apprécier; en même temps que les photos de magniolas du Mehringdamm que je verrai bien en poster géant sur un mur de mon salon marron.

Voici donc un morceau (ou un bout, je ne sais jamais) de « Magnolias for Ever » qu’on pourrait traduire en allemand par « Magnolien to go » ou « Magnolien und mehr ».

Avec les trois premiers vers on se dit que Claude François était visionnaire car il décrit parfaitement le Berghain qui n’existait pas encore.

Dites-lui que j’ai peur pour elle
Dans les sous-sols quand il fait noir
Quand j’entends ces musiques nouvelles
Où s’en vient crier le désespoir
Dites-lui que je pense à elle
Dans un grand champ de magnolias
Et que si tout’s les fleurs sont belles
Je me brûl’ souvent souvent les doigts
Des magnolias par centaines
Des magnolias comme autrefois
Je ne sais plus comment faire
Les magnolias sont toujours là

Magniola à Kreuzberg  - Photo copyright Didier Laget

Magniola à Kreuzberg - Photo copyright Didier Laget

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

arc en ciel sur la Berlinische galerie

Pluie d’arcs en ciels sur Berlin

Depuis quelques semaines des arcs en ciels fleurissent à travers l’Allemagne, que ce soit des drapeaux près de l’église Heilig-Kreuz-Kirche à Kreuzberg, une vieille pub pour Coca sur le toit de la Spitteleck-Hochhaus qui a été détournée, d’autres drapeaux sur

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la