Lit. Cologne

A berlin - Photo copyright Didier LagetWeltstadthaus – Renzo Piano – 2005
Retour à Berlin après un Passage à Cologne pour « Lit. Cologne », le festival de la littérature, Dusseldorf et Dresden. Je ne vais pas m’étendre sur tout ça puisque comme l’indique son titre, à Berlin ne traite que de Berlin, il hors de question que je dérive. Mais quand même, j’ai découvert des choses intéressantes. Alors, je dérive.


A l’arrivé, je découvre dans la gare un truc très pratique quand on est chargé et qu’il n’y pas d’escalator : un monte bagage. On pose la valise, ça déclenche la machine, et hop monte la valise. C’est un peu lent, mais ça aide bien. Maintenant si on est en haut de l’escalier et qu’on pose la valise, hop elle descend. Il n’y avait personne, j’ai essayé plusieurs fois, je me demande ce qui se passe quand il y a du monde qui part et qui arrive.
J’aimerai bien que les passagers Easyjet de Schoenfeld soient reçus avec le même confort que les voyageurs Air Berlin dans l’aéroport de Dusseldorf ou de Dresde.

A berlin - Photo copyright Didier LagetDresde – Les travaux continuent
Je croyais que Berlin était en travaux, mais c’est toute l’Allemagne qui est en travaux, des grues partout, même dans des petites villes comme Ratingen, les rues sont défoncées et le marteau piqueur réveil le visiteur de bon matin. Et ces tuyaux colorés qui parcourent les villes dans toutes les directions y compris verticalement, à quoi servent-ils quels fluides transportent-ils?
Les immeubles modernes sont aventureux. Le Peek et Cloppenburg dont la transparence de la paroi de verre semble varier en permanence selon l’heure du jour. Les formes du musée Ludwig devant le Dom. Je pense qu’en Allemagne on ose.
Il me semble que Dresde et Neukölln ont on point commun, les piétons et les cyclistes sont les cibles de chauffeurs énervés et très pressés.

A berlin - Photo copyright Didier LagetCouple #1 – Christoph Pöggeler – 2002
Et pour finir « Lit. Cologne ». Plus de deux cents auteurs venus de partout, rencontrent leurs lecteurs et lire des extraits de leurs ouvrages. 10 jours pendant lesquels le public peut écouter des livres en Allemand, en Français, en Russe en Anglais… J’ai vu une queue qui serpentait dans les rues le long du Rhin pour écouter Diane Setterfield et Suzanne Von Borsody. Deux auteurs que je ne connais pas, pour qui les gens ont payé jusqu’à 13 € Ca aussi c’est marrant, car quand j’ai parlé de Lit. Cologne a des amis en France, ils m’ont dit « Il y a du monde parce que c’est gratuit  » . Non, ce n’est pas gratuit. Et l’après lecture me rappelle les concerts. C’est joyeux et stimulant.
Mon guide de Cologne

9 réponses

  1. Rien à voir, mais je voulais profiter de ce post pour te féliciter pour ton blog. J’habite aussi à Berlin et ca fait plaisir de te suivre dans la découverte de la ville.
    En supplément spécial, je t’envoie une collection photo d’un truc qui à mon avis est ce qu’il y a de plus typique à Berlin (cf lien)

  2. sinon j espere que tu a tester le restaurant schumacher a dusseldort
    ou la plus vielle brasserie de colone ( j ai tester les 2 super!!!)
    par contre sur berlin pour des Schnitzel with roast potatoes je peu aller o upour ne pas etre dessus?????
    merci

  3. Pour les Schnitzels, sans aucun doute il faut aller à Austria dans Kreuzberg. Les Schnitzels débordent de l’assiette. Mais ils faut réserver car c’est toujours complet et supporter la fumée qui y est assez dense.
    Austria
    Bergmannstr. 30
    Tel 694 44 40

  4. Bonsoir,
    moi non plus, rien à voir avec ton post. Je suis tombée sur ton blog en cherchant des infos sur Berlin. J’ai une amie qui va à Berlin à la fin du mois d’avril avec sa mère, qui parle allemand, et qui souhaite voir une pièce de théâtre. Elle aime Brecht, par exemple. Aurais-tu une adresse de site bien foutu où trouver des infos pour trouver réellement ce qui se passe d’intéressant en ce moment sur les planches de Berlin ?
    Je connais moi-même Berlin, c’est une ville que j’aime beaucoup et que j’ai pas mal photographiée.

  5. J’ai toujours cru que les tuyaux colorés qui parcourent les rues à Berlin pendant les chantiers sont là pour l’eau car le sous-sol de la ville est très humide. La preuve, c’est une région où poussent de délicieuses asperges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le