Jeff Koons dans la vitrine

Jeff-Koons A berlin - Photo copyright Didier Laget Jeff Koons est à la Neue Nationalgalerie. Pour y rentrer, il faudra faire la queue longuement puis payer 8 euros pour voir 11 pièces soit 0,72€ la pièce. C’est pas cher, mais une fois dedans, vous constaterez qu’il y a deux gardien et demi par oeuvre présentée.


Jeff-Koons A berlin - Photo copyright Didier Laget Les gardiens ont la consigne d’interdire les photos. Ils exécutent cette mission vitale, avec un stakhanovisme qui n’est pas sans rappeler le contrôleur de la BVG verbalisant le voyageur sans ticket. De l’anglais, ils connaissent surtout, « no photo please! » et du français, « no photo please ». Leur présence en si grand nombre et leur gestuelle hectique empêchent de se concentrer sur ce qu’on voit. Il y a toujours en arrière-plan un gardien qui fait NON du doigt, ou qui se précipite vers un contrevenant. Leur ronde incessante épuise et frustre le visiteur, qui invente sa ronde, la ronde des flashs.
Jeff-Koons A berlin - Photo copyright Didier Laget
Comme l’expo est de plain-pied et visible de l’extérieur. Une autre queue, moins longue et plus drôle se crée autour du bâtiment. Les gens vont d’oeuvre en oeuvre et les prennent en photo, dans la plupart des cas le flash se déclenche, les visiteurs de l’intérieur se déplacent parfois pour ne pas gêner. J’ai bien ri. À l’intérieur, la répression continuait.
Jeff-Koons A berlin - Photo copyright Didier Laget
Il y un Jeff Koons tranquille sur la Marlene Dietrich platz. On peut aussi le photographier.
Jeff Koons Celebration, jusqu’au 8 février 2009
Pas de réduction le jeudi après 18:00 !
Neue Nationalgalerie

6 réponses

  1. tout à fait il y a cet autre oeuvre qu’on admirer gratuitement. par contre je me suis demandé comment l’on peut produire une tel oeuvre. le mode opératoire ????…. métal ……. poncer – souder – mouler….. autant ne pas y pas y penser – magie !

  2. @marie-hélène à vrai dire, j’en pense rien. Je trouve assez jubilatoire de voir ces formes rondes et brillantes qui me rapellent des boules de noëls, mais l’argumentation me laisse froid. Je pense que c’est typiquement quelque chose qui ne devrait pas être dans les musées, mais dans la rue.

  3. KOONS est à Versailles , il en profite pour illuminer » les champs  » pour les fêtes de NOEL , galeries lafayette , monoprix ect ……

  4. Je devrais aller à Berlin à la fin du mois pour voir l’expo (entre autres). Merci de ce billet qui me donne une idée de ce que je vais pouvoir voir (de plus ou moins près).
    En tout cas, à Versailles, aucun problème pour prendre des photos…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,