Jazz chaud

Jazz A berlin - Photo copyright Didier Laget Près de la station d’Alexanderplatz, j’ai écouté Artem Chernykh jouer sur son Epiphone demi-caisse. Il avait l’air connaître les Fake Books par coeur et son interprétation joyeuse de standards du jazz réchauffait l’air qui en avait bien besoin. Je me suis demandé comment ses doigts pouvaient être si agiles avec ce froid.
Si vous passez par là vous entendrez sûrement sa musique sautiller entre les trams. Avec de la chance, il aura une autre de ses guitares, une Gibson 135, et comme le son est plus chaud que celui de l’Epiphone, il fera beau.
Un autre musicien solitaire ici

You may also like...

2 Responses

  1. MARIE dit :

    Bin oui, hier j’ai fais la cigale, les premiers rayons de soleil ayant faits leur apparition, je n’ai pas chanté, mais je me suis faites grillée, (disons un peu) le soleil n’étant pas violent j’ai fait le petit lézard,
    Alors pardonnez –moi de n’avoir pas fait de post, mais demain mes amis je vous promets, je travaille, je vous souhaite à tous et à toutes un agréable week-end, je vous envoie du soleil de mon sud-ouest
    Mille bisous à vous
    Marie

  2. Anonymous dit :

    Salut, je suis un lecteur de ton blog de la première heure. Je suis passé à Berlin (enfin) il y a quelques jours, j’ai suivi tes conseils concernant le logement et les restaurants. C’était bien merci. Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *