I don’t want to holiday in the sun

Sex Pistols devant la porte de Brandenbourg Photo John Tiberi
Sex Pistols devant la porte de Brandenbourg. Photo par leur tour manager John Tiberi
Berlin fut très punk. Et je me demandais si les Sex Pistols y avaient joué, et la réponse et oui… mais non. Et si je me pose cette question c’est que je viens d’apprendre que Public Image Ltd. jouera au Huxleys Neue Welt le 14 mai.

Ce que j’ai appris:
1977, Les Sex Pistols passe quelques semaines de “vacances”, c’est eux qui le disent, à Berlin. Ils adorent la ville et son ambiance déjantée. C’est pendant ce séjour qu’ils composent “Holidays In The Sun” mais ne donnent aucun concert (en tout cas officiellement).
1978, ils sont programmés au Kant Kino mais le concert est annulé
1979, mort de Sid Vicious. Séparation du groupe
1996, le groupe se reforme et joue à l’Arena de Berlin, mais ce n’est plus vraiment le même groupe. Donc ils ont joué à Berlin, mais non.

The-Sex-Pistols-in-front-of-the-Berlin-wall-1977 Photo DR
Bon alors en cadeau je vous mets une vidéo de Sex Pistols jouant “Holidays In The Sun” live (mais le son est juste synchro) avec des petits bouts de la porte de Brandebourg et une vidéo très agaçante d’un de mes titres favoris de PIL “This is not a love song” que le dégoûtant Guetta gâta dans un remix à deux balles.

 

Et en plus une interview de Johnny Lydon Rotten par le Berliner Zeitung et les paroles de « Holiday in the sun » pour faire un Karaoké avec la vidéo plus haut

Berlin fut très punk.

Holidays In The Sun

I don’t want to holiday in the sun
I want to go to the new Belsen
I want to see some history
‘Cause now I got a reasonable economy

Oh now I got a reason
Now I got a reason
Now I got a reason
And I’m still waiting
Now I got a reason
Now I got a reason
To be waiting
The Berlin wall

In Sensurround sound in a two inch wall
Well I was waiting for the communist call
I didn’t ask for sunshine
And I got world war three
I’m looking over the wall
And they’re looking at me

Oh now I got a reason
Now I got a reason
Now I got a reason
And I’m still waiting
Now I got a reason
Now I got a reason
To be waiting
The Berlin wall

They’re staring all night
And they’re staring all day.
I had no reason to be here at all.
Oh now I got a reason it’s no real reason
And I’m waiting at Berlin wall
I gotta go over the Berlin wall.
I don’t understand it (I gotta go over the Berlin wall)

Claustrophobia yeah, there’s too much paranoia
There’s too many closets
I went in before
And now I got a reason
It’s no real reason to be waiting
The Berlin wall

I gotta go over the wall,
I don’t understand this bit at all

I gotta go over the wall,
I gotta go on the Berlin wall, before them
Come on to the Berlin Wall
I don’t understand this bit at all
I gotta go on the wall,
I wanna go on the Berlin wall
I gotta go on the Berlin wall, before them
Come on to the Berlin Wall
I don’t understand this bit at all
Please don’t be waiting for me

6 réponses

  1. Sur Berlin et les punks vous connaissez « Ber\in : la rencontre des frères humains » ? Il est en téléchargement gratuit en epub ou en pdf. C’est de la SF, du très bon cyberpunk, mais ça parle aussi du Berlin de la chute du mur, avec les Spirale Tribe et la Mutoid Waste company qui campaient sur la Potsdamer Platz.
    http://www.freres-humains.eu/#/accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Evolution Covid-19 à BerlinPhoto Didier Laget

S’informer sur le Covid-19 à Berlin

Voici une liste de sources fiables concernant la situation de la pendémie de coronavirus à Berlin. Je sais bien qu’en ce moment,la méfiance est à la mode, et que la notion de fiabilité sera discutée, mais je fais, malgré tout,

Mon Berlin - Bernard THomasson

Bernard Thomasson offre son Berlin

Chers amis berlinois francophones autoconfinés. Je vous écris de mon confinement perso, pour vous annoncer une bonne nouvelle qui vous changera de Netflix. Bernard Thomasson, gastronome et écrivain ou écrivain gastronome, a décidé de nous faire cadeau de son livre

save-club-culture-berlin

Les clubs berlinois, chez vous.

Pour soutenir les clubs berlinois et ne pas sombrer dans la déprime, connectez-vous à unitedwestream.berlin, et dansez jusqu’au bout du virus. Pour 10, 20, ou 30 Euros par mois, vous rentrez au Berghain sans faire la queue, vous shakez vos

Le Covid à Berlin, Photo Didier Laget

Covid-19 à Berlin

Je n’aurai jamais imaginé vivre une crise pareille, le coup du Coronavirus qui menace la planète, c’est tellement énorme que beaucoup n’y croient pas et disent beaucoup de conneries, sans doute parce qu’ils ont trop bingé, se tapant à la