De Hegel à Goethe

De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Il y a un livre que je lis régulièrement, c’est Phénoménologie de l’Esprit de Hegel. « La conscience de soi est en soi et pour soi quand et parce qu’elle est en soi et pour soi pour une autre conscience de soi ; c’est à dire qu’elle n’est qu’en tant qu’être reconnu ». Balèze non?


De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Balèze, mais même pas vrai. Je me demandais juste si ce genre d’introduction aller attirer ou éloigner les lecteurs. Je n’ai jamais lu Hegel, si ce n’est cette phrase, en exergue du dernier chapitre de la société du spectacle de Guy Debord.
Ouaouh, la société du spectacle ? Balèze. Non?

De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Donc, avant d’être à Berlin, de la philo je ne connaissais rien et comme le commun des Berlinois j’allais faire mes courses avec un petit sac en coton aux couleurs de mon magasin favorites. Il était illustré des très laids chiffres orangés de Plus. Puis visitant un magasin DM, je découvre leur sac goethéen. Au recto on peut lire Es ist ein angenehemes Geschäft, die Natur zugleich und sich und sich selbst zu erforschen. Au verso, Es una occupacion agradable indagar en la naturaleza y a la vez en uni mismo.
Balèze non?

De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget
Depuis, je ne quitte plus ce sac ibéro-germain, je brille en société, j’ai vaincu ma timidité, j’ai enrayé la chute de mes cheveux et tous mes amis m’envient.

En vraie fashion victime, j’ai ajouté d’autres sacs à ma collec :
Je prends le sac Mach mit pour la « grüne Woche », le sac Kardstadt pour faire mes courses et le sac Hugendubel pour aller à la Philarmony. Quand j’ai un rendez-vous avec quelqu’un qui ne me connaît pas, au lieu de dire, « J’aurais un imper noir et
le monde sous le bras » je prends mon discret sac ARTE. Enfin en phase d’hypra snobisme c’est le sac Bi-Rite qui a ma faveur.De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget

De-Hegel-a-Goethe A berlin - Photo copyright Didier Laget
À ce stade, je me demande si De Hegel à Goethe est un titre approprié pour cette note, j’aurais pu l’appeler L’affect est dans le sac. Non ça craint aussi.

4 réponses

  1. On vous a déjà dit que vos post étaient « balèzes » ?
    Pour les sacs en coton, je frime un peu en France en battant le record de légèreté face aux grosses masses informes et encombrantes. Mon préféré ? celui de la librairie Hugendubel avec des trucs en vieilles lettres écrit dessus

  2. « Il y a un livre que je lis régulièrement, c’est Phénoménologie de l’Esprit de Hegel. »
    –> Ha ha ! J’y ai cru au départ. Et j’étais admirative. Je n’ai jamais pu finir un bouquin de Hegel. Des commentaires ou explications, oui, mais l’oeuvre elle-même, pas moyen. Blocage.

  3. J’ai ramené d’Allemagne (2 ans passés en Bavière) un certain nombre de sacs en tissu qui me servent bien en France, maintenant que les supermarchés arrêtent de donner des sacs.
    Mes 2 préférés :
    – celui de la ville de Ratisbonne / Regensburg (motif : une gravure de la ville, dans les marrons)
    – le sac Ampelmann / Ampelfrau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les