Comment, suite à une invasion, et sur les conseils du Capitaine Nemo, j’ai aimé la BD de nouveau.

A berlin - Photo copyright Didier Laget
Illustration Fabienne Loodts

Je n’ai pas beaucoup d’affinités avec la BD, les mangas me gavent grave et l’heroic fantasy déclenche chez moi des spasmes diaphragmatiques aiguës. Pourtant, de la BD, j’en ai dévoré pendant des années ( Crumb, Vuillemin, Gotlib, Mandrika, Bill Watterson… ). C’est peut-être le terme BD qui est trop vague, car quel rapport y a-t-il entre Art Spiegelman et le 68987è épisode de la Guerre des étoiles ou Tintin enfin traduit en Latin? Les bulles? C’est peut-être trop de marketing qui m’a pourri la perception des planches. Je voulais faire un point, et par chance dimanche se tenait la deuxième édition de « Comic Invasion Berlin ».


Après avoir vérifié qu’il n’y avait pas de cosplays dans les parages, je suis rentré et ne l’ai pas regretté. Il y avait du monde, au point que je ne serai pas étonné que l’an prochain cela se passe à la Postbahnhof, mais la circulation entre les stands était facile et permettait de voir et feuilleter les ouvrages, très nombreux, posés sur les tables. Après avoir fait un premier tour, je tombais sur le Capitaine Nemo et lui demandais de m’orienter vers une ou deux BD.
Il m’a conseillé 2 bouquins, le premier, c’est « Le livre des nuages » de Fabienne Loodts d’après le roman de Chloe Aridjis. L’histoire se passe à Berlin, et montre la face pas sexy de la ville, je l’ai commencé et c’est vrai que comme ça, la BD j’aime bien. De nouveau. Le dessin est sombre et juste, le palais de la République se dresse toujours sur la Schloßplatz, les Hinterhöfe sont vides, il flotte une mélancolie que je reconnais et qui fait parti de la vie à Berlin. Je recommande.
resoudre-le-conflit-au-proche-orient-P1120644Illustration Sylvain Mazas

Le deuxième bouquin, signé Sylvain Mazas, a un titre qui à lui seul justifie son achat : « Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche-Orient, d’avoir mon diplôme et de trouver une femme. » je vous le donne aussi en Allemand : « Dieses Buch sollte mir gestatten den Konflikt in Nah-Ost zu lösen, mein Diplom zu Kriegen und eine Frau zu finden. »
C’est un mode d’emploi pour être heureux. Il y a même un schéma explicatif à la fin. Je vous livre juste la première page:

Bonjour!
Je m’apelle Sylvain, je suis Français et j’habite à Berlin depuis trois ans

Je suis heureux.

Et rien que ça c’est super car comme me le disait Klaus « J’ai pas l’impression que les Français heureux sont très nombreux à Berlin ».
Les deux bouquins sont publiés par Vraoum, vous les trouverez chez Modern Graphic à Kreutzberg, Neurotitan, Comic & Graphic et quelques un chez Zadig.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,