Schönheit & Vergänglichkeit à 14/20

Sven-Marquardt - Photo copyright Didier Laget
Schönheit & Vergänglichkeit – Sven-Marquardt

Fugace est la beauté, c’est le thème abordé par une quinzaine de photographes à 14/20 et pour deux jours seulement. J’ai bien aimé le travail de Sven Marquardt, Eva Brunner (TransFigurations), Julia Schmidt (PA), Agate Kowalska (Split Ends) Astrid Beutel (Stilles Leben) et Adele Schwab (Die Machine).

Vous connaissez le nom de Sven Marquardt, c’est lui qui vous a empêché de rentrer au Berghain, mais n’y allez pas que pour lui, les autres photographes, s’ils vous sont moins connus, n’en sont pas à leur coup d’essai et leur approche du sujet est très intéressante, voire surprenante. STATION-Berlin, c’est vers Gleisdreieck. Un lieu que je découvre et qui met bien en valeur les œuvres exposées plutôt que de les phagocyter avec son architecture.

Détails : Schönheit & Vergänglichkeit à 14/20

Photo Eva Brunner
Photo Eva Brunner
Photo Sven Marquardt
Photo Sven Marquardt
Photo Astrid Beutel
Photo Astrid Beutel
Photo Agata  Kowalska
Photo Agata Kowalska
Photo Julia Schmidt
Photo Julia Schmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les