Michael Wolf, Life in the cities à Urania

Michael Wolf - Photo Didier Laget
Michael Wolf s’est fait connaître pour ses photos des façades de Hong-Kong de “Architecture of density”, leur esthétisme fait qu’on oublie ce qu’elles représentent, des logements pour des esclaves, des vieux fragiles et pauvres, des jeunes déjà fragiles et déjà pauvres. Une grande solitude malgré la surpopulation.

Michael Wolf - Photo Didier Laget
Puis il a réalisé cette très touchante série “100×100” qui nous montre les habitants de ces tours, et qui d’une certaine manière nous rassurait, car nous n’en étions pas là, en tout cas en Europe .

Le cinéma Urania en réunissant ces deux séries, plus “The transparent city”, plus l’oppressants “Tokyo compression”, nous fait penser qu’on s’approche, même en Europe de cet univers dystopique.

On a rarement la chance de voir ce genre d’expo, allez-y, l’entrée est gratuite, c’est jusqu’au 14 aout.

Vous y verrez aussi “Informal seating arrangement” , “Street view”, la réjouissante installation “Bastard chairs”.
Michael Wolf - Photo Didier Laget
Michael Wolf - Photo Didier Laget

Michael Wolf - Photo Didier Laget

Michael Wolf - Photo Didier Laget
Michael Wolf - Photo Didier Laget
Michael Wolf est décédé le 29 avril de cette année.

Plus d’infos ici: Urania présente Life in the cities de Michael Wolf

2 réponses

  1. J’ai vu cette expo fin juillet, un des souvenirs marquants des 6 semaines que j’ai passées à Berlin cet été!

  2. Oui, belle expo, ça donne pas envie de prendre le métro à Tokyo, c’était aussi l’occasion de visiter ce bâtiment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les