Lost Words de Chiharu Shiota à la Nikolaikirche

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier LagetJe suis allé voir “Lost Words” l’installation de Chiharu Shiota à la Nikolaikirche, elle y a tissé un réseau de fils noirs dans lequel des pages de la Bible dans toutes les langues sont glissées. C’est un gigantesque cocon que l’on peut traverser. C’est à la fois fragile, immense et un peu inquiétant, mais ce dernier sentiment vient peut-être du fait que j’ai toujours du mal avec les livres écrits il y a très très très longtemps et qui sont supposés dire, aujourd’hui, aux gens comment ils doivent vivre et se comporter, qui sont les gentils et que faire avec ceux désignés étant comme les méchants. Mais que vous partagiez ce sentiment ou pas, c’est sans doute aussi une bonne raison d’y aller. Encore une fois les photos ne sont pas aussi puissantes que l’est l’œuvre originelle.

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota, est né au Japon, elle a un studio dans le quartier de Prenzlauer Berg à Berlin. Son travail est consacré aux grands thèmes de l’humanité, et ses installations et performances mettent en lumière les thèmes du souvenir, du foyer, de la peur, de la naissance et de la mort. Son installation La clé dans la main, qu’elle a exposée dans le pavillon japonais à la Biennale de Venise en 2015, a rencontré un grand succès. Ses créations en forme de toile, à la fois écrasantes et fragiles, lui ont valu une reconnaissance internationale. (dossier de presse)

Dates, horaires et tarifs : Chiharu Shiota présente Lost Words à la Nikolaikirche

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier LagetChiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Chiharu Shiota - Lost-words - Photo Didier Laget

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cité radieuse à Berlin - photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la

Tiny planet - Berlin L’Astronaut Cosmonaut

Tiny planet Berlin

La pandémie m’a bien impacté, psychologiquement, mais aussi professionnellement, annulation d’expos, publication de livre reportée. Alors pour compenser cette chute de mes revenus, j’ai commencé une nouvelle activité, et dommages collatéraux de celle-ci voici quelques Tiny Planet de Berlin vide,