Le Berlin de Pierre Emmanuel Weck

pew-berlin-01P1120753
Entre la fin des années 80 et le début des années 90, Pierre Emmanuel Weck, se baladait dans Berlin, avec un Rolleiflex à la main. J’y étais aussi, mais on se s’est jamais croisé, car tandis qu’il vivait le jour, je jouais de la guitare la nuit sur les scènes du Metropol, du Quasimodo ou d’autres sombres clubs.

pew-berlin-02P1120754
Il y a quelques semaines, il était de retour à Berlin et cette fois on s’est croisé. Bien entendu, j’ai raté son expo, mais j’ai son bouquin.
Le titre est sobre: « Berlin », le format est carré, ça tombe bien puisque c’est aussi le format du Rolleiflex et les 77 photos sont en noir et blanc. Voilà pour l’aspect technique.
Il a su capturer le Berlin quotidien de cette période, en évitant le spectaculaire, avec une série de photos en douceur, les rues sont vides, les friches immenses, les ruines sombres et le mur présent. Le temps s’est arrêté, les gens semblent prendre le temps, on peut même se demander si tous cela a existé.
Un très bel ouvrage que vous pouvez vous procurer ici.
« BERLIN », Pierre-Emmanuel Weck, 77 pho­to­gra­phies noir et blanc, texte fran­çais et alle­mand, 84 pages, Éditions Tem­po­raires, mars 2013, 17 € – ISBN : 978 - 2-9544623 - 0-1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ampelmann en Catalogne

Ampelmann et l’Alt Empordà

Je suis actuellement à l’extrême sud de Berlin, dans une région qui s’appelle l’Alt Empordà, c’est tellement au sud de Berlin, que ce n’est plus l’Allemagne, c’est même carrément au nord de l’Espagne, région où je suis car l’hiver y

Arc en ciel sur la Berlinisch Galerie

Pluie d’arcs en ciels sur Berlin

Depuis quelques semaines des arcs en ciels fleurissent à travers l’Allemagne, que ce soit des drapeaux près de l’église Heilig-Kreuz-Kirche à Kreuzberg, une vieille pub pour Coca sur le toit de la Spitteleck-Hochhaus qui a été détournée, d’autres drapeaux sur

Cité Radieuse à Berlin - Photo Didier Laget

la Cité radieuse irradie toujours, surtout l’été

Berlin est quasi-vide, pas à cause du virus, mais à cause des vacances, j’en profite. Je suis retourné voir la Cité radieuse. Ici on l’appelle aussi, Le Corbusierhaus, Corbusierhaus Berlin ou Wohnmaschine. C’était tranquille. J’ai pris une photo, c’est ma

Cami Stone par Carola Neher - photo Berlinische Galerie

Portraits de femmes à la Berlinische Gallerie

Il vous reste deux jours pour voir une expo magnifique à la Berlinische Galerie : Schau mich an! portraits de femmes des années 20. 24 œuvres qui mettent en lumière (c’est le cas de le dire) différentes pratiques de la