La marche des légumes

A berlin - Photo copyright Didier LagetLa planète est pleine à craquer et on mange trop de viande. C’est pas bon pour nous ni pour la planète. Je ne suis pas végétarien, mais je mange peu de viande. Le nombre de hamburgers que j’ai mangé jusqu’ici doit se compter sur les doigts de mes mains et de mes pieds. Cependant…


A berlin - Photo copyright Didier Laget

Samedi se tenait la deuxième « Veggie Parade Berlin ». J’y allais par curiosité. Sur le chemin de la porte de Brandebourg d’où partait la manifestation, je passais près d’un groupe que je pris pour des touristes entourant une guide. Sauf que la guide, assez énervée, parlait très fort, en anglais, et que ses propos n’avaient aucun rapport avec Tiergarten ou le mémorial Juif tout près. Elle parlait de végétarisme, en mélangeant corridas, fastfood, élevage industriel, guerre, Stonehenge, labos pharmaceutiques, écologie, tribus d’amazones. Sa gestuelle rappelait les prédicateurs dans « La vie de Brian » le film des Monty Python. Au début cela me fit sourire mais lentement un autre sentiment me gagna.
Il aurait mieux valu que nous, les humains, disparussions, pour laisser mother nature en paix. Ou alors il fallait devenir végétarien ou encore mieux végétalien. On s’approchait doucement du discours sectaire, avec les végétaliens comme peuple élu et les autres, comme parasites indésirables.
On glissa vers une sorte de folie mystique; les végétaliens aiment tellement le monde, les dauphins, les baleines et les abeilles qu’ils communient avec eux. Contrairement à moi, enfin nous, enfin ceux qui portent des chaussures en cuir, qui sont des porteur de guerre, des gens déconnectés de la vraie vie et tellement destructeurs que les animaux le sentent.
Quelqu’un dit que c’était des conneries, la preuve : Hitler était végétarien. Tout le monde rit et non seulement le rire est le propre de l’homme mais un rire vaut un beefsteak.
On doit manger moins de viande, c’est certain, dommage que l’amalgame et le mélange des genres brouillent le message. A l’avant du cortège un Krishna tapotait la peau de son mridang. Je passais mon chemin.
Veggie Parade

3 réponses

  1. habillés en porc ou en vache , ils ont oublié les chapons et les grenouilles ; quelle honte !!!!

  2. C’est vraiment dommage parce que sur le fond du truc, ils ont raison. Pour ma part je ne supporte pas l’idée des élevages industriels, en batterie, des porcelets enlevés à leur mère et nourris par des machines, des transports en camion vers les abattoirs, de toute cette souffrance en général, etc, etc, et je boycotte l’achat de viande produite dans ces conditions (ce qui limite énormément!), mais je mange de la viande, mais pas énormément.
    Mais c’est vraiment dommage parce qu’ils mélangent tout, et ça discrédite et décredibilise complètement un message simple et de base, sur l’absurdité de tant faire souffrir et l’absurdité écologique de tant consommer de viande dans nos pays riches.
    Le discours devient ridicule et même insupportable, et tu vois, même quelqu’un plutôt sympathisant de la cause animale au sujet de notre alimentation carnée, comme moi, ne supporte pas de les entendre militer. Mais alors pas du tout! Franchement, ils gachent tout!
    Zdravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

feu d'artfice du nouvel an à Berlin

Feu d’artifice du nouvel an à Berlin en 2020

Pas de feu d’artifice à la porte de Brandenburg, à l’Europa-Center à Charlottenburg ou à la Zitadelle Spandau et vous habitez dans une des 56 Böllerverbotszonen de Berlin. Pas de panique, je vous offre 4 feux d’artifice du nouvel an

photos de Berlin en 2020

Photos de Berlin en 2020

Dans quelques heures on passe en en 2021, et c’est pas plus mal. Sur ce blog, je n’ai publié que 25 billets, c’est peu, mais je suis certain que 2021 sera bien mieux, pour commencer, les réseaux sociaux ne seront

La tour de TV de Berlin du mois de novembre 2020

La tour de TV de novembre 2020

La tour de TV de novembre, je l’ai trouvé sur une affiche collée à l’entrée d’une école de Kreuzberg. À côté de moi une maman essayait d’expliquer à son petit enfant, qui ne s’y intéressait déjà plus, trop occupé avec