La fin officielle du Hipster ?

Produit barbe hipster
Est-ce la fin des Hipsters? On trouve des produits pour la barbe de bucheron au Rossmann de l’Hermannstraße! Ou bien est-ce tous le contraire, les Hipsters sont récupérés, ils vont se multiplier, et ce n’est que le début d’une ère poilue?

Mais peut-être, ne suis-je qu’un beauf, de rire du Hipster?

Où alors Hermannstraße s’est sérieusement gentrifié

Gentrifié? Beaufifié?

Donc je serai aussi un Hipster?

Mais je ne porte pas la barbe.

Oui mais Beauf mis à côté de Beauf, ça donne BeaufBeauf. Dis rapidement, ça fait Bobo. Bourgeois-bohème.

Donc le Beauf serait un Bobo qui serait lui-même un Hipster.

Et sans les capitales ça donne quoi?

beauf, bobo, hipster… ça n’aide pas beaucoup.

Si on part du principe que je suis un Beauf, puis-je rire du Hipster, sans me faire traiter de tous les noms ?

Attention, je précise: j’ai un ami Hipster.

Dr Alun Withey, déjà en 2015, un historien de la barbe (ça existe) disait que la barbe de bûcheron est devenue « has been » en été 2013.

Le même historien prévient qu’aux US les hipsters se rasent et deviennent ainsi des clean-shaven young urban creatives – “Yuccies”. Le Yuccie étant le nouveau machin qu’il faut être.

Zut je ne porte pas de barbe, j’espère ne pas être un Yuccie.

Produit barbe hipster

3 réponses

  1. Tu sembles surtout être chagrin_et à la pointe de la mode à ne pas vouloir être à la mode, comme tout le monde quoi, bref.

  2. Pour le moment c’est toujours la mode des barbus ! et le coiffeur barbier bordeaux à coté de chez moi en est très content 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé