Ghostwriter à Kreuzberg

ghostwriter
Un ghostwriter est, ce qu’avec l’élégance du gallinacée on appelle en Français, un nègre, celui qui écrit dans l’ombre d’un autre, celui qui prête sa plume et son talent à un homme politique analphabète, une star du X anale et bête, un présentateur TV inculte ou un footballeur. J’en connais quelques uns, pas des pipoles, des auteurs qui ghostwritent, et je comprends leur frustration, d’autant que par contrat ils ne sont pas censés dire pour qui ils écrivent.


Dans les pages jaunes de Kreuzberg, on trouve une rubrique Ghostwriter, ce qui montre qu’ici on dit ce qu’on fait, maintenant ce serait marrant de savoir pour qui.
A moins que Ghostwriter veuille dire Écrivain public tout comme en allemand Handy veut dire téléphone mobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le

Wim Wenders Werkschau

Wim Wenders en cadeau sur Das Erste

Das Erste nous fait un super cadeau. La chaîne de TV nous offre quasiment toute l’œuvre de Wim Wenders, ou en tout cas le meilleur de son œuvre cinématographique, à retrouver dans la médiathèque. Au total 28 films et des